1. Newsroom
  2. Les petites et moyennes capitalisations françaises à l’honneur en 2018
Menu
UBP dans la presse 07.02.2018

Les petites et moyennes capitalisations françaises à l’honneur en 2018

Les petites et moyennes capitalisations françaises à l’honneur en 2018

Les petites capitalisations se caractérisent par une bonne tenue sur plusieurs années depuis la fin de la crise financière, ainsi que par un historique de performances relatives solides sur le long terme. Quels sont les principaux facteurs ayant contribué à cette tendance positive et peut-on s’attendre, en 2018, à une poursuite de la surperformance observée en 2017 ?


Les petites entreprises européennes ont clôturé l’année 2017 sur une forte performance, avec un gain de 19,03% pour l’indice MSCI Europe Small Cap, qui se compare ainsi favorablement au MSCI Europe (10,24%*). Les petites capitalisations se caractérisent par une bonne tenue sur plusieurs années depuis la fin de la crise financière, ainsi que par un historique de performances relatives solides sur le long terme. Quels sont les principaux facteurs ayant contribué à cette tendance positive et peut-on s’attendre, en 2018, à une poursuite de la surperformance observée en 2017 ?

Les avantages des petites entreprises au sein d'un portefeuille diversifié sont souvent négligés par les investisseurs. Ainsi, même si ces sociétés peuvent être sujettes, sur le court terme, à une volatilité légèrement supérieure, les investisseurs de long terme dans un portefeuille diversifié sont récompensés par des performances ajustées au risque positives. L’univers des petites capitalisations se caractérise par une exposition accrue à des secteurs plus jeunes, innovants et à plus forte croissance. De par leur petite taille, ces entreprises peuvent plus facilement générer de meilleurs taux de croissance en termes de chiffre d’affaires, de bénéfices et de cash-flow, et ce grâce à leur structure souvent resserrée et plus flexible. En outre, lorsque ces sociétés grandissent et deviennent mieux connues du marché, elles attirent davantage l'attention des investisseurs et sont ainsi en mesure d’améliorer leur liquidité, ce qui contribue à réduire la prime de risque de liquidité. Ces divers facteurs peuvent donc former une puissante combinaison d’atouts.

Par ailleurs, le marché des petites capitalisations est relativement inefficient, et peu couvert par les analystes. En conséquence, le flux d’informations est moins dynamique et les niveaux d'inefficience sont plus élevés, ce qui permet aux investisseurs de bénéficier d’anomalies de prix. Avec l’entrée en vigueur de MiFID II, qui suscite des remous sur la rémunération de la recherche fournie par les analystes, il est peu probable que la couverture des petites capitalisations s’améliore à moyen terme. Ce marché devrait donc rester un terrain fertile pour les investisseurs actifs en quête d’opportunités de croissance attrayantes en 2018 et au-delà.

Si 2016 avait été marquée par une légère surperformance des grandes entreprises, l’année 2017 s’est, elle, révélée intéressante pour les petites entreprises. Les nombreuses inquiétudes politiques auxquelles le marché européen a été confronté début 2017 (notamment en France et aux Pays-Bas) se sont rapidement apaisées sur les six premiers mois, puis une reprise macroéconomique plus synchronisée s’est mise en place. Les prévisions de PIB ont été révisées à la hausse dans de nombreux pays européens, et les indices de conjoncture, tels que le PMI, ont reflété la dynamique soutenue de l’activité économique à l'approche de 2018. Il s’agit là d’un bon point pour les petites entreprises, qui sont davantage présentes dans les segments cycliques: industrie, ingénierie, services aux entreprises et technologie de l’information (IT). Elles sont aussi un peu plus exposées au marché domestique européen que les grandes capitalisations, ce qui a joué en leur faveur lors de la baisse du dollar US en 2017.

En ce début 2018, la plupart des facteurs sous-jacents de 2017 restent intacts. Les récents PMI manufacturiers et des services en Europe demeurent robustes, avec une solide orientation des économies – au centre comme à la périphérie. Cette tendance est de bon augure pour les petites entreprises, qui étaient corrélées avec les PMI par le passé. Les prévisions de marché indiquent une croissance bénéficiaire autour de 15% pour les petites sociétés. Quant à leurs valorisations, elles restent globalement en ligne avec celles des grandes capitalisations sur une base équipondérée. A l’heure actuelle, les entreprises françaises sont particulièrement intéressantes: le climat des affaires s’améliore, la réforme du code du travail porte ses premiers fruits et la réforme fiscale devrait également leur être bénéfique. Les entreprises irlandaises continuent à profiter largement de l'embellie macroéconomique à la suite des réformes introduites par le gouvernement après la crise financière. Enfin, au plan sectoriel, l’industrie, les services aux entreprises et l’IT devraient rester bien placés pour bénéficier du contexte macroéconomique favorable en Europe.

Plus d'informations sur les SMID Caps

ANNISS_CHARLES_15.jpg

Charlie Anniss
Small- and Mid-Cap Portfolio Manager, European Equities team

 

Expertise

Impact investing - Contributing to a more sustainable future

What are the key features of impact investing?

Read more

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 29.01.2021

Fixed income outlook: Positive environment for credit

Institutional Money (27.01.2021) - Despite an accelerating Covid-19 spread into year-end, risk markets concluded 2020 on a strong note as investors took confidence from the commencement of the vaccine rollout in the US and UK. 

UBP dans la presse 03.02.2021

Compelling opportunities in Japanese small-cap techs

Funds Society (28.01.2021) - An improvement in corporate governance, a stable government and a leading edge in digitalisation and robotics are making the Japanese small-cap segment a rich source of attractive opportunities for selective investors, says UBP Senior Analyst Cédric Le Berre.

UBP dans la presse 01.03.2021

La conformité à l’ère de la ‘RegTech’

Le Temps (01.03.2021) - Depuis deux décennies, l’adaptation des banques privées suisses à la prolifération de nouvelles réglementations, au renforcement des exigences de conformité fiscale, et à la globalisation de la clientèle s’apparente véritablement à une épreuve d’endurance. 


A lire également

UBP dans la presse 21.07.2021

L’amélioration de la gouvernance des entreprises au Japon renforce l’attrait de ce marché

Agefi Actifs (23.07.2021) - L’amélioration significative de la gouvernance des entreprises au Japon – marquée notamment par la place plus importante accordée aux femmes dans les instances dirigeantes – peut constituer un catalyseur de longue durée venant renforcer le dynamisme du marché japonais.

UBP dans la presse 16.07.2021

Fed - Quel impact pour les portefeuilles obligataires ?

Allnews (08.07.2021) - Les dernières communications de la Fed confortent nos vues sur le segment obligataire – à savoir une position défensive sur les taux d’intérêt, alliée à une vision constructive sur l’exposition au crédit.

UBP dans la presse 12.07.2021

De l’intensité d’impact des entreprises

Allnews (12.07.2021) - L’Union Bancaire Privée mise sur une approche très personnalisée en matière d’impact. Entretien avec Simon Pickard et Mathieu Nègre.