1. Newsroom
  2. Crise du Covid-19: crash test réussi pour les indices CDS
Menu
UBP dans la presse 28.05.2020

Crise du Covid-19: crash test réussi pour les indices CDS

Crise du Covid-19: crash test réussi pour les indices CDS

Le Temps (26.04.2020) - La crise liée à la pandémie de Covid-19 a entraîné un bouleversement des allocations des portefeuilles actions et obligataires.


Ces flux ont parfois débouché sur des ventes indiscriminées. Dans ce contexte, le risque de liquidité, ou plutôt d’illiquidité, est réapparu brutalement comme un facteur primordial dans les décisions d’investissement. A cet égard, les indices de CDS ont confirmé leur statut d’instruments de crédit liquides. Ils ont ainsi passé sans encombre le ‘crash test’ de la crise du Covid-19.

Stress et recul de la liquidité: toutes les classes d’actifs sont concernées

La dégradation des conditions de liquidité sous l’effet du stress et des ventes forcées a été perceptible aussi bien sur les marchés actions que sur les marchés obligataires. Différents indicateurs de mesure de la liquidité, notamment les fourchettes «cours acheteur/cours vendeur» («bid/ask»), aboutissent tous à la même conclusion: l’on observe aujourd’hui moins de liquidité sur les actions de moyennes capitalisations et, ce qui est beaucoup moins intuitif, moins de liquidité sur les actions de larges capitalisations américaines ou européennes (telle que mesurée sur les indices S&P 500 et Eurostoxx 50). Le crédit d’entreprise a également été touché.

Crédit: une baisse de la liquidité plus marquée lors du stress Covid-19

Tous les segments du crédit ont été impactés. Le phénomène a été exacerbé sur le crédit à court terme américain de qualité «investment-grade» pour des raisons techniques. Les investisseurs utilisent ce segment (et les bons du Trésor américain) comme collatéral pour des positions à effet de levier. Dans un contexte de marché volatile, lorsque les investisseurs doivent faire face à des appels de marges, ils liquident ces positions. Comme il s'agit également d’un segment du marché aussi utilisé par les investisseurs pour placer des liquidités et sur lequel ils ont une moindre tolérance au risque, il y a eu un effet boule de neige sur les ventes de ces positions. Lorsque la liquidité est réduite, les fourchettes «bid/ask» tendent à s’accroître, et l’achat et la vente de positions deviennent plus problématiques en cas de pics de volatilité. Ce phénomène a pu être observé dans le décrochage de la performance des ETF (exchange-traded funds) obligataires. En revanche, les indices de CDS se sont démarqués des obligations grâce à la stabilité de leurs profils de liquidité.

Les indices de CDS sont restés liquides: revue des indicateurs de liquidité

Tout d'abord, les coûts de transaction (fourchette «bid/ask») des indices de CDS représentent une fraction des coûts de transaction des obligations classiques, qui viennent obérer leur performance, en particulier sur le segment «high yield». Pour les indices de CDS «high yield», la fourchette «bid/ask» est comprise entre 15 et 25 centimes. Ensuite, les indices de CDS représentent environ 80% des volumes quotidiens échangés sur le marché du crédit en EUR. Enfin, les volumes traités sur les indices de CDS augmentent en phase de stress. Durant la période de stress du mois de mars 2020, les volumes sur l’indice de CDS «high yield» en Europe sont passés de 5 milliards par jour en moyenne à 20 milliards par jour, soit une augmentation de 300%. Pour l’indice «investment-grade» aux Etats-Unis, les volumes sont passés de 24 milliards à 118 milliards, soit une hausse de près de 400%.

Pourquoi faire le choix de la liquidité et des indices de CDS pour une exposition crédit ?

Dans les phases de stress, les instruments plus liquides se comportent mieux. Et inversement, les instruments moins liquides se comportent moins bien… Cela s’est confirmé de manière flagrante lors de la période de stress lié au Covid-19. Les indices de CDS ont mieux résisté que le marché obligataire classique comme mesuré par les indices obligataires (qui sont par nature non investissables) ou par les ETF (investissables). Cet avantage de la liquidité s’exprime dans les phases de stress mais également dans les phases de rebond, lorsque les investisseurs dénouent les couvertures crédit qu’ils ont pu mettre en place, et sur le moyen terme notamment à la faveur de frais de transactions quasiment nuls. La crise du Covid-19 a constitué un ‘crash test’ grandeur nature pour les indices de CDS, qui l’ont réussi. Il valide ainsi les avantages de liquidité de ces instruments pour les investisseurs en complément ou en remplacement de stratégies obligataires classiques.


DEBAT_Olivier_UBP_72dpi-0219.jpg
Olivier Debat 
Senior Investment Specialist
Global & Absolute Return Fixed Income

Expertise

Actions globales

Investir dans des sociétés affichant un profil de création de valeur supérieur et pérenne.


A lire également

UBP dans la presse 23.02.2024

UBP seeks to double Middle East business in five years

Citywire Middle East, Paromita Dey (13.02.2024) - The Swiss private bank is looking to expand its Middle East business by targeting new markets in the region.

UBP dans la presse 22.02.2024

Gold prices should consolidate

Finanz und Wirtschaft (17.02.2024) - In January, gold traded in a tight range of between USD 2,000 and USD 2,050 per oz. This tight trading range reflected a generally subdued trading environment – three-month implied volatilities fell to levels of around 10% – which is a relatively low level of volatility for the yellow metal.

UBP dans la presse 06.02.2024

Global Outlook 2024: Leading views on the year’s key hedge fund trends

Hedgeweek - Our expert gives its take on prospects for key hedge fund investment strategies in the coming months.