1. Newsroom
  2. La volatilité est un paramètre clé d’investissement
Menu
UBP dans la presse 21.10.2016

La volatilité est un paramètre clé d’investissement

La volatilité est un paramètre clé d’investissement

Le Temps - “Ne pensez jamais que l’absence de variabilité est synonyme de stabilité. Ne confondez jamais faible volatilité et stabilité.” Cette citation de Nassim Taleb, l’auteur du célèbre ouvrage The Black Swan, résume à merveille l’environnement de marché actuel.


Depuis 2008, les banques centrales ont inondé de liquidités les marchés mondiaux afin de renflouer le système financier et de soutenir la reprise. A première vue, elles semblent avoir réussi à ramener la stabilité même si celle-ci semble plutôt précaire. A chaque fois que ce fragile équilibre est remis en cause, nous avons connu une succession de vagues «risk-on» (appétit pour le risque) et «risk-off» (aversion au risque) de plus en plus puissantes qui ont certainement mis à rude épreuve la tolérance au risque des investisseurs. Ce fut le cas en 2010, 2011, 2014 et 2015, lorsque la volatilité du pic de volatilité a atteint des niveaux encore plus élevés qu’en 2008. Par conséquent, dans leurs efforts pour contrôler la volatilité du marché, les autorités monétaires de la planète ont non seulement fait gonfler les prix des actifs, mais également déséquilibré la «volatilité de la volatilité».

Changement de nature de la volatilité?

Si la volatilité a toujours existé sur les marchés, elle a changé de nature ces dernières années: en effet, la volatilité elle-même est devenue plus volatile et ne perdure plus puisque nous faisons face à des accès de volatilité à court terme, suivis de chutes brutales. Ce phénomène s'explique par la combinaison d’une faible volatilité et de faibles volumes, forçant ainsi les investisseurs en quête de rendement à se réorienter vers des actifs déjà «congestionnés» dans un contexte d'illiquidité croissante du marché.

Les régimes de faible volatilité peuvent se prolonger et finir par coûter cher aux investisseurs qui cherchent à couvrir leur portefeuille. A cet égard, il serait utile de paraphraser la citation de John Mayard Keynes: «Les marchés peuvent rester irrationnels plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable». En d’autres termes, «la volatilité peut rester (plus) faible plus longtemps que les investisseurs ne peuvent se montrer patients.» Au final, les modèles de comportement consolidés conduiront au retrait (achat) de la couverture d’assurance au pire moment possible du cycle financier. La volatilité peut se révéler la quintessence même du «value trap»*: ces temps-ci, les investisseurs peuvent être attirés par des niveaux historiquement bon marché mais perdre beaucoup en effectuant diverses opérations de portage sur la volatilité. La principale explication de ce phénomène réside dans le fait que de bas niveaux absolus de volatilité sont généralement associés à des niveaux élevés de valeur relative de la volatilité, ces derniers faisant grimper les coûts de portage .

Analyser les risques

«Commencer par une analyse du risque par opposition au rendement, c’est mettre les bœufs avant la charrue (ce qui est normal !). Or, et aussi incroyable que cela puisse paraître, la «charrue du rendement» est devant les bœufs depuis si longtemps que plus personne ou presque ne s’aperçoit qu’il s’agit là d’une anomalie. Le risque étant le moteur de tout rendement, il est raisonnable de se demander quel risque est pris pour viser ce rendement et/ou quelle est la récompense pour le risque encouru.» (Newsletter CheckRisk, août 2015).

Ces dernières années, les grands investisseurs institutionnels ont assisté à l’expansion de cette stratégie qui se focalise sur le risque (volatilité, perte de capital et lacunes de financement), plutôt que sur les indices de référence, et qui procède à l’allocation d’actifs en fonction des primes de style (momentum, «value», volatilité ou portage («carry»)).

La volatilité est devenue un élément utile pour les investisseurs institutionnels car la très grande majorité d’entre eux sont confrontés aux mêmes difficultés pour équilibrer leurs portefeuilles en termes de risque et de rendement. L'ingénierie financière et le recours aux options leur permettent par exemple de modifier la distribution de leurs rendements afin d'améliorer les chances d'atteindre leurs objectifs d'investissement.

En conclusion, peut-être est-il temps de garder une allocation actions – étant donné les niveaux de taux extrêmement bas –, mais sans pour autant subir tout le risque qu’elle représente, et, à cet égard, les stratégies de volatilité peuvent aider à atteindre cet objectif.

*Piège représenté par les valeurs jugées sous-évaluées et considérées à tort comme de solides opportunités d’investissement

Lire l'article (.PDF)


SANZIN Tommaso-1.jpg

Tommaso Sanzin
Alternative Solutions - Overlay and Quantitative Strategies

Newsletter

Sign up to receive UBP’s latest news & investment insights directly in your inbox

Click and enter your email address to subscribe

Expertise

Impact investing, créer le monde de demain

L’«impact investing» vise à résoudre les problématiques majeures de la planète en identifiant des investissements attrayants à long terme.

Lire plus

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 26.09.2018

Asset TV Fund Selector: Fixed Income

What does the end of quantitative easing mean for bond investors? What should be the right exposure to emerging bond markets and why are active managers better equipped than passive ones to handle the return of volatility? Mohammed Kazmi, Portfolio Manager & Macro-Strategist Global and Absolute Return Fixed Income at UBP, recently participated in an Asset TV broadcast outlining the risk and reward trade-offs in fixed-income markets over the next six to twelve months.

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.


A lire également

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.