1. Newsroom
  2. Quand la gestion discrétionnaire associe la technicité à l’agilité
Menu
UBP dans la presse 03.03.2020

Quand la gestion discrétionnaire associe la technicité à l’agilité

Quand la gestion discrétionnaire associe la technicité à l’agilité

Le Temps (02.03.2020) - La convergence entre gestion institutionnelle et gestion discrétionnaire en termes d’outils d’aide à la décision et de techniques de gestion est désormais une évidence.


Cette tendance a contribué à la professionnalisation de la gestion discrétionnaire avec la constitution d’équipes dédiées. Si elle a également conduit au rapprochement des activités d’asset management (AM) et de wealth management, il existe toutefois des spécificités propres à chaque profil d’investisseur dont il faut tenir compte.

En effet, convergence des techniques ne signifie pas concordance des profils: l’appréhension du risque diffère entre clients institutionnels et clients privés, et les conséquences en termes de construction de portefeuille sont importantes. Les clients privés n’ont pas la même tolérance au risque ni le même horizon-temps que les institutionnels. Les banques doivent donc logiquement adapter les techniques de gestion issues de l’AM aux besoins de la clientèle privée. En effet, la mise en œuvre d’une approche institutionnelle ne pourrait satisfaire ses attentes, en termes de risque et de rendement, ou encore d’exposition aux risques de marché.

Si le profil de gestion d’un client institutionnel tend à être symétrique, celui d’un client privé est convexe: il nécessite de construire des portefeuilles plus résistants aux chocs de marché, quitte à abandonner quelques points de performance. Cette asymétrie est difficile à appréhender sans prendre en compte la dimension psychologique, qui implique que la tolérance au risque d’un client privé peut varier non seulement dans le temps mais aussi selon le contexte de marché. Son horizon d’investissement est également sujet à des fluctuations, mais il reste plus court que celui de l’institutionnel, qui a par définition une vision de long terme. Cela s’explique par le fait que l’investisseur privé a son propre patrimoine en jeu, et que le besoin de liquidité tend à raccourcir la durée d’immobilisation des actifs sous gestion.

De même, l’investisseur privé exige souvent que la performance de son portefeuille soit en ligne avec celle des marchés, quand ceux-ci sont favorablement orientés, oubliant parfois le nécessaire coût d’opportunité lié à la gestion de cette convexité. Ainsi, de façon à capter une bonne part de la performance à la hausse du marché tout en ayant un portefeuille capable de résister à la baisse, il convient de payer une prime pour protéger le capital en cas de retournement, à l’image d’une option call. Toute banque privée ayant l’ambition de pratiquer une gestion discrétionnaire moderne et adaptée aux contraintes des clients privés doit donc être à même d’élaborer des processus d’investissement alliant agilité et techniques de gestion AM.

Qu’elle s’adresse à un client spécifique ou à une catégorie de clients, une telle construction de portefeuille asymétrique relève nécessairement d’une approche sur mesure. Elle s’appuie sur des modèles de gestion de risque élaborés, qui mobilisent des outils quantitatifs afin d’analyser le comportement (risque/rendement) des actifs en portefeuille.

Par ailleurs, les portefeuilles étant par construction convexes, ils sont déjà protégés contre d’éventuels chocs exogènes qui n’auraient pas été anticipés. Cette approche a donc l’avantage de réduire le besoin d’interventions sur le portefeuille et de limiter les décisions tactiques visant à améliorer le «market timing», lesquelles sont en réalité destructrices de valeur pour le client.

Se détacher du market timing ne signifie pas pour autant que l’approche est passive. La gestion est en effet active en ce qu’elle implique de faire évoluer activement l’allocation d’actifs et la construction de portefeuille.

Alors que la gestion discrétionnaire était auparavant essentiellement directionnelle, avec des protections ponctuelles sur certaines parties du portefeuille, la recherche d’asymétrie passe par l’introduction à haute dose de produits dérivés de court terme (au-delà de 30%) aux côtés des actifs traditionnels.

La construction active d’un portefeuille convexe mélange ainsi des instruments directionnels, asymétriques et de protection. Les premiers doivent favoriser l’indexation de la performance du portefeuille à celle du marché, les deuxièmes ouvrent la voie à une indexation variable en fonction du signal de marché. La protection, elle, passe par l’achat de primes, tout l’enjeu étant de protéger efficacement le portefeuille dans les phases de stress, et ce au coût le plus raisonnable possible. A noter que la combinaison de ces trois instruments conditionne directement la performance et la volatilité du portefeuille, et le défi réside donc dans un subtil dosage.

La conception de tels portefeuilles incluant instruments dérivés et protections requiert une parfaite connaissance du comportement relatif de chacun de ces instruments et de leurs évolutions combinées. Cela nécessite donc des compétences en gestion quantitative ainsi que la maîtrise des dérivés et de la structuration de produits – des savoir-faire jusque-là cantonnés aux fonds de placement et qui sont désormais sur le devant de la scène.

La Suisse, berceau de la gestion privée, a une longueur d’avance dans ce domaine car rares sont les banques privées domestiques capables de proposer ce degré de technicité et de sur-mesure. Les banques suisses peuvent ainsi se prévaloir de cet avantage compétitif pour conquérir de nouveaux marchés jusqu’alors peu appétents à la gestion discrétionnaire «traditionnelle».

Gestion de portefeuille discrétionnaire

LOK Michael.jpg
Michaël Lok

Co-CEO Asset Management

Convertible Bonds

Convertible bonds add convexity to your portfolio

Find out why convexity works in the short-to-long term

Watch the video

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 23.01.2020

UBP, la remontada

Sphere (01.2020) - L’an passé, à la fin du premier semestre, l’UBP avait quasiment retrouvé les encours qui étaient les siens en 2007, avant que la crise ne la fasse chuter à 65 milliards fin 2010. Depuis, elle a réussi l’exploit de doubler de taille et de se structurer pour être capable d’aller encore chercher de la croissance.

UBP dans la presse 06.12.2019

Des opportunités à saisir en dehors du marché américain

Agefi (28.11.2019) - Interview de Norman Villamin, CIO Wealth Management de l'UBP, par Piotr Kaczor

UBP dans la presse 07.11.2019

Sortir de la culture « take, make, waste »

Bilan (31.10.2019) - Tant les gouvernements que les consommateurs ont pris conscience de la nécessité de « décarboner » l’économie.

A lire également

UBP dans la presse 26.02.2020

L'heure est aux convertibles

Agefi Indices (24.02.2020) - Les marchés ont fini l'année comme ils l'avaient commencée - sur une tendance haussière. Les investisseurs qui s'étaient engagés en 2019 avec une allocation de portefeuille «risk-on» ont ainsi été les grands gagnants l'an passé. A quoi s'attendre désormais pour 2020?

UBP dans la presse 25.02.2020

'Asymmetry' still key in discretionary portfolios

Citywire Asia (17.02.2020) - UBP started positioning its discretionary portfolios to look more 'asymmetric' over the medium-term in 2018.

UBP dans la presse 14.02.2020

L’appétit pour les obligations convertibles à 0%

Allnews (07.02.2020) - «2019 a été une très bonne année pour le marché primaire», estime Marc Basselier, responsable de la gestion Obligations convertibles à l’UBP.