1. Newsroom
  2. La finance durable pour tous
Menu
UBP dans la presse 20.10.2021

La finance durable pour tous

La finance durable pour tous

Allnews (15.10.2021) - De finance durable il est beaucoup question. Mais en dehors d’un cercle d’initiés finalement assez restreint, qui comprend vraiment quelles réalités couvrent ses concepts et que signifie le nouveau jargon qui y est associé ? 


Qu’est la taxonomie européenne ? Qu’exigent les articles 8 et 9 du règlement SFDR ? Quelle est la définition des scopes d’émission ? Comment évalue-t-on un crédit à impact ? La terminologie s’enrichit - ESG, ISR, ODD, PRI, engagement, exclusions, greenwashing, greenwishing, green bonds, blue bonds… - quand peu la comprennent et moins encore la maitrisent.


Alors que la loi sur les services financiers exigera bientôt des opérateurs suisses qu’ils expliquent à leur clientèle les risques en matière de durabilité, ceux-ci ont rarement l’expertise suffisante pour traiter ce sujet. Ainsi, parmi les objectifs prioritaires qu’il s’est fixés, le Comité Exécutif de l’Union Bancaire Privée (UBP) a décidé qu’une bonne compréhension en interne de la durabilité et de ses enjeux était un prérequis avant d’entamer la discussion ou de communiquer à ce propos (Un engagement pris également par l’Association de Banques Suisses de Gestion). C’est à Bernard Schuster, Group Head of Communications de l’UBP, qu’a été confiée la réalisation de cet objectif. Entretien.

Pourquoi une formation de tous les collaborateurs de la Banque en matière de durabilité ?

Nous voulions être certains que tout le monde comprenne, que tous soient sensibilisés – en tant qu’individus et en tant qu’employés – au sens de ce changement d’approche et aux engagements de la Banque vis-à-vis des tiers. La finance durable est une nouvelle dimension de notre métier. Il a fallu successivement intégrer les aspects réglementaires (cross-border, MIFID ou LsFIN), la dimension fiscale avec l’échange automatique d’informations et dorénavant, il faut intégrer la dimension responsable en tenant compte de considérations sociales et environnementales. 


Pour les équipes de front office, expliquer l’engagement que la Banque a pris d’intermédier le capital vers des investissements responsables, est absolument essentiel. Notre travail est de convaincre le client d’investir dans des entreprises qui ont un comportement responsable ou un impact positif sur le futur. Or, il faut être convaincu pour convaincre

A qui s’adresse le programme de formation et comment est-il conçu ?

Le programme est conçu pour l’ensemble des collaborateurs de la Banque, quel que soit leur rôle. Il est composé de huit modules de formation de 45 minutes chacun, disponibles online, en français et en anglais. Le format est innovant, interactif accompagné de vidéos et de questionnaires. Il couvre les définitions, les normes, la réglementation existante et à venir, l’action de l’UBP et son offre aux investisseurs. Cela peut sembler beaucoup mais correspond globalement à une unique journée de formation. Que chacun peut suivre à sa guise et selon son emploi du temps. 

Ce parcours a-t-il été imposé aux collaborateurs ?

Ce fut la grande question : obligatoire ou non ? Nous avons finalement décidé de ne pas le rendre obligatoire mais avons insisté sur son importance pour acquérir l’expertise nécessaire à l’exercice de leurs activités ces prochaines années, quel que soit leur fonction.

Et ?

Le retour a été très positif : 80% des employés ont suivi le parcours et 68% d’entre eux ont complété les 8 modules. Le programme est d’ailleurs toujours à disposition pour qui le désire. Sur 1800 collaborateurs, 1200 ont fini la formation et 300 sont en cours d’achèvement. Ils savent que c’est important pour la Banque, pour leur métier, pour le secteur. Il est vrai que l’avoir mis à disposition pendant la période du Covid en a facilité l’attractivité…

Vous avez choisi de faire construire un programme sur mesure. Pourquoi ? 

Nous avons regardé ce qui existait mais rien ne nous paraissait correspondre à notre manière d’aborder le sujet. Nous voulions une formation adaptée à notre vision, notre façon d’en parler : positive et non alarmiste. C’est ainsi que nous avons développé avec Blossom un programme adapté à notre personnalité. Naviguer dans la jungle des acronymes, des normes et des réglementations est un défi posé à tous les établissements mais le faire de manière interactive et en lien avec nos objectifs et nos enjeux nous était essentiel. Suivre ce programme fut un exercice valorisant pour beaucoup d’employés qui ignoraient ce que l’UBP fait dans ce domaine. Beaucoup sous-estimaient les efforts consentis par la Banque.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour le mettre au point ?

Entre définition des objectifs, scripts, contenus et production, environ 3 mois. 

Ce programme fait-il partie intégrante de la formation continue ?

Oui, la formation a été ajoutée, après validation par le SAQ, au parcours de re-certification CWMA dédiée aux responsables clientèle. 

Quelles seront les prochaines étapes ?

Il nous reste encore du travail, car comprendre les enjeux et l’écosystème est une chose, comment amener le sujet, trouver les arguments pour convaincre, ou encore répondre aux objections en est une autre. 


Selon le dernier rapport de SSF, près de 70% des flux de la finance durable proviennent encore des institutionnels et non des clients privés. Certains de ces derniers sont encore loin d’être convaincus par l’idée d’intégrer des aspects de durabilité dans la gestion de leur patrimoine et l’appétit n’est pas aussi important qu’on l’entend parfois. L’attrait pour certains secteurs dits « bruns » (par opposition aux verts) subsiste et nous devons être en mesure de pouvoir leur expliquer pourquoi les entreprises leader de demain seront celles qui ont un impact positif ou celles ayant entamé un programme de transformation.  Ceci prend du temps, sans compter que la notion de durabilité n’est pas la même pour tout le monde et qu’il faut adapter le discours en fonction de la sensibilité de l’interlocuteur et de son expérience. 


Juste pour recadrer le contexte, selon une étude publiée par Standard Chartered, 94% des investisseurs privés appréhendent d’investir durablement par manque de compréhension et plus de la moitié admettent ne pas comprendre la terminologie. Il y a du travail !

Les plus jeunes n’y sont-ils pas sensibles ?

La « next generation » est sans aucun doute plus réceptive, mais nous constatons toutefois qu’elle reste encore assez traditionnelle… pour ce qui a trait à ses portefeuilles. Au-delà de l’opportunité d’investissement, les plus jeunes attachent aussi de l’importance à l’impact social et aux valeurs véhiculées par les entreprises, et par leur banque…

Le mot de la fin ?

La durabilité est une thématique en constante évolution et de développer une expertise nécessite un investissement important, pour la Banque et pour chaque collaborateur. Le parcours que nous avons mis en place n’est donc que le point de départ d’un processus de formation continue. 

 


Schuster Bernard_150x150.jpg
Bernard Schuster
Group Head of Communications
Voir son profil Linkedin

 


A lire également

UBP dans la presse 24.11.2021

The quest for returns in a zero-rate world

Funds People (17.11.2021) - The rise of passive management, the difficulty of finding profitable, low-risk investments in a context of 0% interest rates, industry concentration and the ESG boom are just some of the challenges asset managers face. We spoke to Nicolas Faller, Co-CEO of Asset Management at Union Bancaire Privée, about all of this and more, in an exclusive interview. 

UBP dans la presse 18.11.2021

Is inflation a real concern for credit markets?

Institutional Money (8.11.2021) - Coming into the final quarter of the year, our view had been that the economic recovery would allow central banks to start guiding towards less accommodative policies, and that this would provide room for rates to rise. 

UBP dans la presse 15.11.2021

Vers une approche ‘nature positive’

Bilan - L’investissement durable n’a cessé de gagner du terrain ces dernières années et l’attention s’est surtout portée sur la stabilité climatique, notamment l’intensité carbone.