1. Newsroom
  2. La conformité à l’ère de la ‘RegTech’
Menu
UBP dans la presse 01.03.2021

La conformité à l’ère de la ‘RegTech’

La conformité à l’ère de la ‘RegTech’

Le Temps (01.03.2021) - Depuis deux décennies, l’adaptation des banques privées suisses à la prolifération de nouvelles réglementations, au renforcement des exigences de conformité fiscale, et à la globalisation de la clientèle s’apparente véritablement à une épreuve d’endurance. 


Cet effort au long cours représente en effet un investissement ininterrompu pour les départements en charge de la conformité – que ce soit en temps, en ressources humaines, ou encore pour se doter des outils technologiques nécessaires à la bonne exécution de leur métier.

Mais voilà que la pandémie est venue ajouter à cette course de fond une nouvelle strate de complexité: comment, en effet, poursuivre son devoir de diligence lors des ouvertures de compte, échanger des documents avec les clients dans la forme requise et préserver la sécurité de leurs données alors qu’une majorité d’employés travaillent à distance, que les entraves aux déplacements limitent les rencontres physiques et que la circulation du courrier fait, elle aussi, l’objet de restrictions ?

C’est du côté de la technologie que les banques ont cherché différentes solutions pour pouvoir continuer à accomplir ces tâches indispensables, et les résultats publiés concernant le secteur pour 2020 montrent que le défi de la continuité a été relevé avec succès. 

Pour remplir leurs obligations de diligence découlant du cadre réglementaire, lors de l’ouverture de nouveaux comptes ou du suivi des relations existantes, les établissements les plus avancés sur le plan technologique ont adopté la vidéoconférence afin d’identifier les clients à distance, selon des processus sécurisés et reconnus par les régulateurs.

Au-delà de l’identification, toute ouverture de compte donne lieu à des échanges de documents contractuels et de formulaires réglementaires, dont les originaux sont traditionnellement remis signés par le client à sa banque. Or, les contraintes pesant sur l’acheminement postal et les déplacements ont parfois engendré des retards et des désagréments que la signature électronique qualifiée permet de surmonter. Pour pouvoir être considérée comme «qualifiée», cette signature doit donner la même assurance qu’une signature manuscrite quant à l’identité de l’auteur et à l’authenticité du contenu du document concerné. En pratique, il s’agit d’un outil encore peu utilisé: étant donné les implications techniques, juridiques et réglementaires, son adoption relève d’un projet particulièrement complexe et long. Néanmoins, certaines banques s’y préparent activement, et il est vraisemblable qu’à terme, cet instrument visant à simplifier la relation avec le client finisse par s’imposer.

Avec le recours au télétravail généralisé, les banques ont dû s’assurer que les collaborateurs disposaient du matériel et des informations nécessaires pour travailler à domicile. Il leur a aussi fallu investir dans des outils permettant de sécuriser ce travail à distance, et de renforcer la distinction entre les données opérationnelles et les données secrètes, le tout en veillant à ce que les mesures prises soient conformes au cadre réglementaire.

Heureusement, les départements Compliance n’avaient pas attendu le coronavirus pour entrer dans l’ère de la ‘RegTech’, à savoir l’application des nouvelles technologies destinées à faciliter la gestion des risques réglementaires et les processus opérationnels de conformité.

La pandémie n’a fait qu’accélérer le virage en cours. Certaines banques ont ainsi pu se féliciter d’avoir, avant le déclenchement de la crise, su automatiser leur procédure d’ouverture et de suivi de comptes, pour en tirer le triple avantage de la sécurité, de l’efficacité et du gain de temps par rapport au traitement manuel des données clients.

La transformation digitale a d’ailleurs contribué à faire évoluer les méthodes et les compétences au sein des équipes de conformité. A l’éventail des expertises toujours plus spécifiques qu’elles ont dû s’adjoindre pour faire face à la densification et à la complexification de l’environnement réglementaire s’ajoutent des professionnels capables de transcrire les nouvelles réglementations en langage informatique.

Ces derniers se sont révélés essentiels dans le développement de nouvelles fonctionnalités pour l’e-banking par exemple, afin de permettre aux clients de communiquer en toute sécurité avec leurs conseillers, de mettre à disposition des documents, ou encore d’effectuer des transactions. Ceci n’est effectivement pas sans poser de nouveaux défis en termes réglementaires.

Il ne faut cependant pas se méprendre: ce n’est pas parce qu’elle est bardée de nouvelles technologies que la banque privée d’aujourd’hui ressemblera bientôt à une ‘néobanque’ 100% digitale. Il est difficile d’imaginer que les banques en ligne puissent proposer des solutions personnalisées à une clientèle souvent internationale, nécessitant ainsi une approche multi-juridictionnelle. De même, la tendance à la sophistication du patrimoine des clients privés rend l’ouverture et la gestion d’un compte beaucoup plus complexes, et requiert un niveau d’analyse et d’expertise que seule une banque privée est capable d’offrir.

Le digital recèle donc de formidables opportunités pour simplifier les processus. Toutefois, la clientèle des banques privées nécessite un traitement sur mesure, que ne peut satisfaire la standardisation imposée par le digital.

Un "pure player" de la banque privée

Raoul_Jacot-Descombes_150x150.jpg
Raoul Jacot-Descombes
Group Head of Risks & Compliance
Go to his Linkedin profile.

Expertise

Impact investing - Contributing to a more sustainable future

What are the key features of impact investing?

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 18.05.2021

L’agilité: facteur clé de succès de la banque privée suisse

Le Temps (17.05.2021) - La gestion de fortune suisse, parfois présentée comme traditionnelle, pour ne pas dire «old fashion», s’est encore une fois révélée être un secteur agile et innovant, lui permettant de conserver son leadership.

UBP dans la presse 26.07.2021

Le Libor est mort, vive le Saron !

Le Temps (26.07.2021) - Le compte à rebours final est lancé. Dans moins de six mois, le 1er janvier 2022, le monde de la finance basculera dans l’ère post-Libor (London Interbank Offered Rate).

UBP dans la presse 17.05.2021

Impact investing: reconciling nature and our finances

Raconteur (The Wealth Management 2021 report published in The Sunday Times - 16.05.2021) - The health of our planet is intimately linked to your pension and your long-term financial goals, says Victoria Leggett, Head of Impact Investing at UBP.


A lire également

UBP dans la presse 07.09.2021

De belles perspectives pour les obligations d’entreprise

Allnews (07.09.2021) - Cette année, nous avons conservé – et continuons de conserver – une vue positive sur les marchés du crédit. Cela a été motivé par notre scénario macroéconomique d’une reprise robuste et soutenue de la croissance mondiale alors que les économies se normalisent après le déploiement des vaccins.

UBP dans la presse 30.08.2021

«Remontée des taux dès la deuxième moitié de 2022 »

Article l’Agefi (27.08.2021) - Le contexte macro et son influence sur les banques centrales restent au cœur de l’attention des investisseurs institutionnels. Décryptage avec Philippe Gräub, responsable de la gestion obligataire globale à l’UBP.

UBP dans la presse 23.08.2021

The IPCC report – ‘code red’ for humanity

Environmental Finance (12.08.2021) - The latest IPCC report should shock the world into climate action – and for investors that means prioritising positive impact, writes Rupert Welchman.