1. Newsroom
  2. Le Japon entre en mutation
Menu
Expertise 09.05.2018

Le Japon entre en mutation

Le Japon entre en mutation

Comprendre les dynamiques du Japon s’apparente parfois aux mathématiques. Appréhender ce marché revient-il à déchiffrer une équation différentielle ? Pas seulement. Comme pour beaucoup de champs des mathématiques, le temps alloué est important.


Ce qui distingue un bon mathématicien ou un bon entrepreneur, ce ne sont pas seulement les années d’expérience, mais aussi et surtout l’attention qu’il porte à son domaine, son industrie. Il faut de la passion et du temps. Que ce soit dans l’innovation ou les technologies de pointe, sans oublier la robotique, les arts ou encore la gastronomie, le Japon excelle, et permet aujourd’hui à des pans entiers de l’activité humaine de se moderniser. Mais ce constat n’a rien de nouveau et aurait pu servir d’introduction au Japon des années 1990. Le pays est-il différent aujourd’hui ou est-il condamné à la déflation ? A quels changements peuvent s’attendre les porteurs d’actions japonaises ?

Elu en 2012, M. Abe a fait entrer le Japon dans sa dernière mutation. Conservateur au demeurant, le pays a vécu trois grandes vagues de modernisation ces 150 dernières années. Prélude à l’ouverture d’un Japon isolé, la restauration de Meiji en 1868 avait vu l’industrialisation prendre son envol. En 1945, un Japon exsangue laisse derrière lui tous les gains engrangés depuis 1868, mais conserve un savoir-faire et un vouloir-faire collectif qui vont porter le pays aux premiers rangs des puissances industrielles en 1990. Les deux décennies qui suivent voient l’éclatement de la bulle immobilière, mais surtout l’installation d’une déflation structurelle qui durera jusqu’à l’avènement du couple Abe-Kuroda et l’introduction d’un politique monétaire d’une extrême souplesse sur fond de réformes et de relance fiscale. Pour survivre, le Japon se devait de changer structurellement. Il sera au rendez-vous.

Les conséquences de cette relance s’observent dans la durée. Retour de la croissance, tel que mesuré par un PIB positif depuis bientôt cinq ans, et de l’inflation. Nous le constatons dans les anticipations des premiers intéressés: les consommateurs. L’augmentation des salaires fixes et variables vient renforcer ce phénomène. Sans oublier une pénurie de main-d’œuvre dans des secteurs clés comme les services, la santé et la construction. Autant de facteurs qui expliquent le comportement de la Bourse japonaise: +130% depuis le 31 décembre 2012 (en yen).

Au-delà d’un changement de dynamique salariale et de prix, le Japon bénéficie aussi de l’accélération coordonnée des grandes économies. Mais tous ces facteurs cycliques seraient-ils uniquement contingents ? Ou s’agit-il d’un changement de perception structurel chez les consommateurs japonais, les investisseurs locaux et internationaux ? Relayés par la presse et les milieux économiques, ces signes prometteurs cacheraient-ils la forêt ? La mutation la plus profonde concerne la gouvernance d’entreprise, l’immigration et la participation des femmes dans la vie active. La nécessité est-elle la plus grande inventrice ? Une participation accrue des femmes, couplée à une ouverture du Japon à la main-d’œuvre étrangère, incarne une réponse culturelle et sociale radicale face à une nécessité démographique. Nécessité aussi pour les fonds de pension, celle d’investir dans les actions domestiques pour améliorer et honorer leurs engagements financiers.

Les plus grands fonds de pension privés et publics ont augmenté leur allocation en actions domestiques, et cela n’a pu se faire que sur la promesse d’un changement d’attitude des entreprises envers l’actionnariat minoritaire. Davantage de dividendes et de rachats d’actions, amélioration du retour sur capitaux propres, création d’indices fondés sur ces critères – autant de signes d’une transformation majeure dans le rapport actionnaire-entrepreneur. Dans un pays où les conglomérats et l’opacité justifiaient une décote par rapport aux actions mondiales, ce changement de pratique porte la mutation japonaise jusque dans nos grilles d’allocation.

Notre gamme de produits Actions Japonaises

LE BERRE Cedric 150x150.jpg

Cédric Le Berre
Fund Analyst, Japanese Equities and Emerging Markets

Expertise

Swiss & Global Equities

Why Swiss equities now? This market offers equity investors the stability and agility they need to navigate this volatile period. 

Read more
Expertise

European Equities

European equities offer unrivalled opportunities in terms of breadth of sector and market exposure.

Read more

Actualités les plus lues

Expertise 01.10.2020

Covid-19: Restez informés avec l'UBP

Depuis l’apparition du coronavirus, l’UBP accompagne et soutient ses clients dans le contexte inédit de cette crise sanitaire mondiale. La Banque vous informe régulièrement de l’adaptation de ses dispositifs aux règles de précaution fixées par les autorités et partage avec vous les dernières analyses de ses experts sur les conséquences de la pandémie pour l’économie mondiale et les marchés financiers.

Expertise 30.06.2020

Nouvelles perspectives d’investissement 2020 de l’UBP

L’économie globale à la croisée des chemins
Expertise 24.06.2020

Market turmoil brings new opportunities for pragmatic investors

March 2020 was difficult time for many investors, as COVID-19 spread across Europe and the US, leading to sharp sell-offs in fixed-income credit markets. While such market turbulence is not to be welcomed, its occurrence can create opportunities.


A lire également

Expertise 02.12.2020

Swiss Small and Mid-Cap Equities – Consistent value creation

The Swiss economy has once again proven its resilience during the Covid-19 pandemic, as reflected by year-to-date outperformance in the Swiss equity market and also its small and mid-cap segment. 

Expertise 26.11.2020

Univers des petites capitalisations européennes: des étoiles montantes

Les petites entreprises – une formidable source d’opportunités de croissance

Expertise 24.11.2020

Des joyaux cachés parmi les SMID Caps suisses et européennes

Les sociétés de petite et moyenne capitalisation («SMID Caps») affichent traditionnellement des taux de croissance et des rendements supérieurs sur le long terme en comparaison des grandes capitalisations. Il est en effet plus facile de générer une croissance dynamique à partir d’une plus petite structure. Par ailleurs, les SMID Caps suisses et européennes offrent généralement aux investisseurs une exposition idéale aux grandes tendances de croissance séculaires.