1. Newsroom
  2. Le Japon entre en mutation
Menu
UBP dans la presse 09.05.2018

Le Japon entre en mutation

Le Japon entre en mutation

Comprendre les dynamiques du Japon s’apparente parfois aux mathématiques. Appréhender ce marché revient-il à déchiffrer une équation différentielle ? Pas seulement. Comme pour beaucoup de champs des mathématiques, le temps alloué est important.


Ce qui distingue un bon mathématicien ou un bon entrepreneur, ce ne sont pas seulement les années d’expérience, mais aussi et surtout l’attention qu’il porte à son domaine, son industrie. Il faut de la passion et du temps. Que ce soit dans l’innovation ou les technologies de pointe, sans oublier la robotique, les arts ou encore la gastronomie, le Japon excelle, et permet aujourd’hui à des pans entiers de l’activité humaine de se moderniser. Mais ce constat n’a rien de nouveau et aurait pu servir d’introduction au Japon des années 1990. Le pays est-il différent aujourd’hui ou est-il condamné à la déflation ? A quels changements peuvent s’attendre les porteurs d’actions japonaises ?

Elu en 2012, M. Abe a fait entrer le Japon dans sa dernière mutation. Conservateur au demeurant, le pays a vécu trois grandes vagues de modernisation ces 150 dernières années. Prélude à l’ouverture d’un Japon isolé, la restauration de Meiji en 1868 avait vu l’industrialisation prendre son envol. En 1945, un Japon exsangue laisse derrière lui tous les gains engrangés depuis 1868, mais conserve un savoir-faire et un vouloir-faire collectif qui vont porter le pays aux premiers rangs des puissances industrielles en 1990. Les deux décennies qui suivent voient l’éclatement de la bulle immobilière, mais surtout l’installation d’une déflation structurelle qui durera jusqu’à l’avènement du couple Abe-Kuroda et l’introduction d’une politique monétaire d’une extrême souplesse sur fond de réformes et de relance fiscale. Pour survivre, le Japon se devait de changer structurellement. Il sera au rendez-vous.

Les conséquences de cette relance s’observent dans la durée. Retour de la croissance, tel que mesuré par un PIB positif depuis bientôt cinq ans, et de l’inflation. Nous le constatons dans les anticipations des premiers intéressés: les consommateurs. L’augmentation des salaires fixes et variables vient renforcer ce phénomène. Sans oublier une pénurie de main-d’œuvre dans des secteurs clés comme les services, la santé et la construction. Autant de facteurs qui expliquent le comportement de la Bourse japonaise: +130% depuis le 31 décembre 2012 (en yen).

Au-delà d’un changement de dynamique salariale et de prix, le Japon bénéficie aussi de l’accélération coordonnée des grandes économies. Mais tous ces facteurs cycliques seraient-ils uniquement contingents ? Ou s’agit-il d’un changement de perception structurel chez les consommateurs japonais, les investisseurs locaux et internationaux ? Relayés par la presse et les milieux économiques, ces signes prometteurs cacheraient-ils la forêt ? La mutation la plus profonde concerne la gouvernance d’entreprise, l’immigration et la participation des femmes dans la vie active. La nécessité est-elle la plus grande inventrice ? Une participation accrue des femmes, couplée à une ouverture du Japon à la main-d’œuvre étrangère, incarne une réponse culturelle et sociale radicale face à une nécessité démographique. Nécessité aussi pour les fonds de pension, celle d’investir dans les actions domestiques pour améliorer et honorer leurs engagements financiers. Les plus grands fonds de pension privés et publics ont augmenté leur allocation en actions domestiques, et cela n’a pu se faire que sur la promesse d’un changement d’attitude des entreprises envers l’actionnariat minoritaire. Davantage de dividendes et de rachats d’actions, amélioration du retour sur capitaux propres, création d’indices fondés sur ces critères – autant de signes d’une transformation majeure dans le rapport actionnaire-entrepreneur. Dans un pays où les conglomérats et l’opacité justifiaient une décote par rapport aux actions mondiales, ce changement de pratique porte la mutation japonaise jusque dans nos grilles d’allocation.

UBP Japanese Equities Offer

LE BERRE Cedric 150x150.jpg

Cédric Le Berre
Analyste fonds
Actions japonaises et marchés émergents à l’UBP

Newsletter

Sign up to receive UBP’s latest news & investment insights directly in your inbox

Click and enter your email address to subscribe

Investissement responsable

Quand l’investissement responsable crée de la valeur

Plus d'infromation sur l'investissement responsable UBP

Regarder la vidéo

Actualités les plus lues

Expertise 09.05.2018

Navigating the coming ‘mini-cycle’ in the US Economy

Spotlight - Recession concerns appear overblown, though we do expect a ‘mini-cycle’ in the US economy in the months ahead.

Expertise 02.05.2018

How emerging markets are dealing with higher US Treasury yields

The recent rise, through 3%, and to the highest level since 2013, has triggered a bit of a sell-off in emerging market assets. We’re thinking that US Treasury yields from here stabilise or they rise only gradually, and this’ll allow emerging market asset prices to go up again.

Expertise 27.04.2018

Is global growth peaking?

Confidence has returned to the markets and the beginning of the earnings season looks great, with several positive surprises. The IMF has presented its outlooks for 2018 and 2019 and they seem very upbeat: world growth is expected to come in at 3.9%.

A lire également

Expertise 09.05.2018

Navigating the coming ‘mini-cycle’ in the US Economy

Spotlight - Recession concerns appear overblown, though we do expect a ‘mini-cycle’ in the US economy in the months ahead.

Expertise 02.05.2018

How emerging markets are dealing with higher US Treasury yields

The recent rise, through 3%, and to the highest level since 2013, has triggered a bit of a sell-off in emerging market assets. We’re thinking that US Treasury yields from here stabilise or they rise only gradually, and this’ll allow emerging market asset prices to go up again.

Expertise 27.04.2018

Is global growth peaking?

Confidence has returned to the markets and the beginning of the earnings season looks great, with several positive surprises. The IMF has presented its outlooks for 2018 and 2019 and they seem very upbeat: world growth is expected to come in at 3.9%.