1. Newsroom
  2. Marchés émergents: le retour en grâce malgré le risque «Trump»
Menu
Expertise 25.04.2017

Marchés émergents: le retour en grâce malgré le risque «Trump»

Marchés émergents: le retour en grâce malgré le risque «Trump»

Grâce à une amélioration des conditions économiques, les marchés émergents, qu’ils soient obligations ou actions, retrouvent l’intérêt des investisseurs après plusieurs années difficiles.


Les pays dont les liens commerciaux avec les Etats-Unis sont les plus forts pourraient pâtir d’éventuelles mesures protectionnistes de l’administration Trump. Au niveau global, la valorisation des actions émergentes reste très attractive par rapport aux actions des pays développés.

Après cinq années difficiles dans les pays émergents, marquées par la baisse du taux de croissance globale, l’exercice 2016 a vu la situation se stabiliser avec une croissance du PIB émergent de 4,2% (vs. 4,0% en 2015). En 2017, celle-ci devrait s’établir à 4,60%, un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2014. Le renchérissement des matières premières explique en partie cette amélioration de la situation marquée notamment par la fin de la surabondance de l’offre. Le Brésil et la Russie sortent de récession et l’économie chinoise affiche une certaine robustesse. Les indices PMI sont en hausse. Par conséquent, les pays émergents ont abordé l’année 2017 avec confiance malgré la menace toujours réelle de mesures protectionnistes qui seraient mises en place par la nouvelle administration Trump. En effet, une économie américaine moins ouverte pénaliserait les marchés émergents et pourrait créer de la volatilité. Ces derniers disposent toutefois de fondamentaux suffisamment forts pour résister à la tempête Trump et créer ainsi des opportunités d’investissement en cas de baisse des marchés. Seul le Mexique pourrait voir sa situation économique se dégrader nettement cette année en raison de ses liens très étroits avec le voisin américain.

Une décote des actions émergentes estimée de 25 à 30%

Depuis le 8 novembre, date de l’élection de Donald Trump, les actions émergentes accusent un léger retard par rapport aux actions mondiales même si elles l’ont rattrapé en partie. Si des mesures protectionnistes entraient en vigueur aux Etats-Unis, les pays émergents les plus exposés à l’économie américaine seraient les plus pénalisés. Ainsi, le Mexique pourrait voir sa situation se dégrader fortement en raison de sa proximité géographique et de ses liens économiques avec la première puissance économique mondiale.

Globalement, les pays ayant le plus de sociétés de taille significative avec une exposition directe aux Etats-Unis sont Taiwan, le Mexique et l’Inde. En termes sectoriels, la technologie est le secteur le plus exposé alors que les valeurs financières n’ont que très peu d’exposition directe. Pour autant, si cette menace du protectionnisme existe, les estimations des bénéfices des entreprises émergentes résistent bien pour le moment. Contrairement aux années précédentes, elles n’ont pas été revues à la baisse.

Par ailleurs, la décote de valorisation des actions émergentes reste significative, de 25 à 30% selon les ratios, et les devises émergentes sont redevenues beaucoup plus compétitives par rapport au dollar depuis 2011, favorisant les entreprises exportatrices de ces pays. Le ratio P/E de Shiller, qui prend en compte la moyenne des bénéfices sur les dix dernières années, ressort actuellement à 12 pour les actions émergentes, contre 29 pour le marché américain.

Bien que la reprise des pays émergents puisse s’accompagner d’une reflation des actifs et de l’émergence d’un risque inflationniste, les investissements obligataires sont aussi à considérer. Ainsi la dette corporate en devise externe, grâce à une duration (sensibilité aux taux d’intérêt) plus faible, permettra de moins subir le resserrement monétaire de la Fed. Ainsi, dans l’univers obligataire émergent, Il est préférable de privilégier les obligations corporate émergentes qui offrent une duration plus faible et des primes de risque plus élevées en comparaison de la dette souveraine des pays émergents.

Comme le risque politique se situe désormais autant sinon plus dans les pays développés que dans les pays émergents, ces derniers devraient encore être privilégiés par les investisseurs.


GIRAULT Denis.jpg

Denis Girault
Head of Emerging Markets Fixed Income

NEGRE Mathieu_p-1.jpg

Mathieu Nègre
CFA, Head of Global Emerging Equities

CHOW Koon.jpg

Koon Chow
Senior Macro and FX Strategist - Emerging Markets Fixed Income

Asset class

Japanese equities

Why the current outlook makes a compelling case for Japanese equities

Watch the videos

Actualités les plus lues

Expertise 13.12.2018

Perspectives d’investissement UBP 2019

Opportunités et menaces dans un monde désynchronisé
Expertise 16.04.2019

A Fresh Look at Japanese Equities

Making the case for Japanese equities

Expertise 09.01.2019

Emerging Market Fixed Income – 2019 Outlook

After a market sell-off in 2018, we believe that emerging market (EM) fixed income should perform better in 2019, thanks to sound fundamentals, reduced political risk and more favourable technicals and valuations.


A lire également

Expertise 13.05.2019

Trump unconstrained

Spotlight - The Sunday night tweets from the US President not only introduced uncertainty into the ongoing US-China trade negotiations and prospects for future global growth, but should also serve as a reminder to investors of the new, more challenging risk environment facing them looking ahead.

Expertise 06.05.2019

Initial thoughts on Trump’s new tariff threats

President Donald Trump has raised pressure on China to strike a trade deal by threatening a possible increase of tariff to 25% (from 10%) on $200bn worth of Chinese exports to US by Friday (May 10). He may also consider extending a new 25% duty on another $325bn worth of Chinese products.

Expertise 16.04.2019

A Fresh Look at Japanese Equities

Making the case for Japanese equities