1. Newsroom
  2. Se concentrer sur la création de valeur plutôt que sur les variations à court terme
Menu
UBP dans la presse 27.05.2022

Se concentrer sur la création de valeur plutôt que sur les variations à court terme

Se concentrer sur la création de valeur plutôt que sur les variations à court terme

Allnews (23.05) - Tant qu’une société parvient à dégager un cash flow stable supérieur aux coûts du capital, c’est un gage de stabilité, y compris lors de phases difficiles, souligne Martin Moeller d’UBP.


La volatilité sur les marchés n’a pas faibli au cours des dernières semaines. Comment faut-il interpréter les fortes variations sur les marchés tout au long de ce printemps? Et comment faut-il se positionner dans une optique d’investissement à long terme? Le point avec Martin Moeller, co-responsable de la gestion actions suisses et globales (co-Head of Swiss & Global Equity) à l’Union Bancaire Privée (UBP), qui s’exprimait en marge de l’édition 2022 de l’UBP Investment Insight Summit qui a eu lieu à la mi-mai à Zurich.

Après avoir rebondi jusqu’au début du mois d’avril, les principaux indices boursiers ont ensuite fortement rechuté entre la mi-avril et la mi-mai. Comment expliquer ce second mouvement de correction cette année et de quelle façon en tenez-vous compte dans votre stratégie d’investissement?

Il est difficile d’attribuer la rechute des marchés entre fin avril et début mai à une seule cause spécifique. En ce qui concerne la situation en Ukraine, le retrait partiel de l’armée russe vers l’est du pays et sa concentration sur les régions du sud-est de l’Ukraine semble être le moins dommageable des scénarios. Il y a moins de risques d’une escalade immédiate du conflit avec d’autres pays que lorsque l’armée russe se trouvait aux portes de Kiev.

«On ne peut pas attribuer la récente correction des actions entre la mi-avril et début mai à un seul élément déclencheur.»

S’agissant de l’évolution des prix du pétrole, les cours du brut évoluent désormais dans une sorte de couloir assez stable depuis fin février. Il y a moins de risques d’«overshooting» des prix du pétrole comme on avait pu le voir début mars. Bien sûr, l’inflation reste à un niveau élevé dans de nombreux pays mais, ici aussi, on ne peut pas parler d’une surprise. Cela fait déjà de nombreux mois que la Fed a clairement annoncé la couleur quant à sa détermination à lutter contre la hausse des prix – la Réserve fédérale n’emploie plus le mot « transitoire » depuis maintenant presque une demi-année.

Quant à la saison de publication des résultats du premier trimestre, les chiffres dévoilés par les grandes entreprises ont été souvent meilleurs que prévu. Dans certains cas, celles-ci ont même parfois revu à la hausse leurs anticipations pour le reste de l’année. Bien sûr, toutes les entreprises ne disposent pas des mêmes capacités pour s’adapter à l’augmentation des coûts de l’énergie et des transports et afin de répercuter ces hausses de prix à leurs clients. C’est pourquoi, on ne peut pas attribuer la récente correction des actions entre la mi-avril et début mai à un seul élément déclencheur.

La faiblesse des cours observée durant les 4 à 6 dernières semaines est-elle alors due avant tout à un réajustement des politiques d’allocation d’actifs?

C’est une piste d’explication. Dès lors que les taux d’intérêt commencent à remonter, beaucoup de gens commencent à s’interroger s’il vaut la peine de continuer à privilégier les actions alors que l’on peut commencer à obtenir des rendements positifs avec les obligations d’entreprises Investment Grade (IG), voire attrayants avec les emprunts à haut rendement. Il y a eu ces dernières semaines beaucoup d’hésitations chez les investisseurs sur la question de savoir quelle est la part de leur portefeuille qu’ils doivent garder en actions et quelle est celle qu’ils devraient allouer aux obligations. Cette sorte de mouvement de pendule entre les deux classes d’actifs peut expliquer, en partie du moins, la forte volatilité récente sur les marchés.

«Le sentiment du marché envers les géants de la tech n’est pas très positif actuellement, même lorsqu’il s’agit d’entreprises profitables et qui continuent de croître.»

Assiste-t-on à la fin de TINA («There is no alternative», il n’y a pas d’alternative), l’argument qui a contribué à soutenir les actions ces dernières années?

Je n’ai pas une vue définitive sur ce point. Ce que l’on peut toutefois observer, c’est que - en plus du mouvement de balancier entre actions et obligations déjà évoqué – il y a eu beaucoup de transferts entre les placements jugés sûrs et ceux considérés comme plus risqués au sein de ces classes d’actifs. Dans les obligations, les emprunts les plus sûrs de niveau «IG» ont davantage souffert que ceux de la catégorie «high yield». Dans les actions, beaucoup de titres de qualité ont encore davantage corrigé récemment que certaines valeurs jugées plus risquées. La hausse des taux d’intérêt redistribue les cartes sur plusieurs plans.

Extrait d’une interview avec Martin Moeller, Co-Head of Swiss & Global Equity de l’UBP, publiée en intégralité sur Allnews.

Swiss & Global Equities
Martin Moeller Martin Moeller
Co-Head of Swiss and Global Equity
VOIR PROFIL LINKEDIN

A lire également

UBP dans la presse 23.06.2022

Les stratégies alternatives offrent à nouveau des opportunités de diversification

Agefi Luxembourg (06.2022) - Dans un contexte de hausse des taux entraînant un «repricing» à la baisse des actifs financiers, les investisseurs peuvent s’intéresser aux stratégies alternatives décorrélées des indices.

UBP dans la presse 17.06.2022

Value creation: a key driver in equity selection

The Market (16.06.2022) - Even in the current difficult stock market environment, Eleanor Taylor Jolidon, Co-Head of Swiss and Global Equity at UBP, prefers growth stocks to value stocks.

UBP dans la presse 03.06.2022

«Hedging is Back»

Finews (03.06.2022) - Co-Head of Asset Management at Geneva-based private bank Union Banque Privée Nicolas Faller, describes what is going on in markets as a normalization process. Nonetheless, he has observed some changes among clients.