1. Newsroom
  2. «Les déficits budgétaires se creusent encore»
Menu
UBP dans la presse 26.01.2024

«Les déficits budgétaires se creusent encore»

«Les déficits budgétaires se creusent encore»

L'Opinion (04.01.2024) Muriel Motte - La meilleure nouvelle de 2024 pourrait être la confirmation de la désinflation mondiale.


« Les prix des services sont encore résistants, mais les biens enregistrent des baisses significatives », constate Patrice Gautry à l'UBP. La cible des 2% d'inflation que les banquiers centraux ont chèrement défendu semble à portée d'étiquette. « Aux Etats-Unis, le rythme de la hausse des prix devrait revenir à 2,3% fin 2024 et à 2,5% pour l'indice “cœur” (hors alimentation et énergie) », estime-t-il. Les niveaux devraient être quasi-similaires dans la zone euro, où l'inflation pourrait même ponctuellement tomber « autour de 1,8% en rythme annuel en milieu d'année », en raison d'effets de base.

« Petite musique ». De cette donnée essentielle découle tout le reste : la sagesse retrouvée des prix détendra les politiques monétaires, ce qui permettra d'éviter la récession. « L'économie mondiale va ralentir sur la base de niveaux de croissance déjà modérés, mais elle ne cassera pas », pronostique l'économiste de l'UBP. Les émergents s'en sortiront nettement mieux que les pays de l'OCDE : en moyenne 4 % de hausse attendue du PIB chez les premiers, seulement 1,2 % pour les seconds, la moyenne recouvrant évidemment des écarts. Par exemple, « l'activité rebondira sans doute en cours d'année aux Etats-Unis, qui devraient s'approcher de leur potentiel de croissance de 2 % fin 2024. Ce sera plus compliqué dans la zone euro, où l'on attend toujours les nouveaux moteurs de la croissance allemande », complète Patrice Gautry, pour qui l'Europe sera « l'élément triste » de la géographie de 2024.

Certes, les politiques budgétaires devraient rester un soutien. Chaque pays se justifie en disant qu'il dépense mieux et plus intelligemment pour le futur et la transition énergétique. Quant aux Etats-Unis, ils entrent en année électorale. Poursuit l'expert d'UBP. Le fait est que les déficits budgétaires vont se creuser et que la petite musique de la dette va s'amplifier, avec une hausse des ratios d'endettement sur PIB. » Cela n'empêchera pas une salve de baisse des taux directeurs, au moins 100 points de base à Washington, sans doute 75 points à Francfort, mais pas avant le second semestre. Les banques centrales ne peuvent pas faire repartir le cycle avant d'être assurées que les tensions sur le marché du travail américain et sur les coûts salariaux unitaires en Europe sont bien calmées, estime-t-il.

Les experts de l'UBP tablent sur une hausse de 7 % des profits des entreprises en 2024, une bonne nouvelle pour la Bourse. Dans les portefeuilles de la banque— qui privilégie Wall Street —, la technologie reste importante (logiciels, software, cloud), de même que les secteurs de croissance structurelle (électrification de l'économie, santé…). « On a envie d'accroître la part des actions dans nos portefeuilles, mais pour cela il nous faut un bon motif. Par exemple un accident de marché, mais sans changement de scenario macroéconomique », précise Patrice Gautry. Chez UBP, le portefeuille « équilibré » comporte actuellement 50 % d'actions et d'obligations.


Patrice Gautry Patrice Gautry
Chief Economist
VOIR PROFIL LINKEDIN

Insight

En savoir plus sur nos perspectives d’investissement 2024

Nos experts présentent leurs convictions d’investissement pour l’année à venir dans le cadre de notre roadshow sur le thème ‘Retour vers le futur’.

Expertise

Actions globales

Investir dans des sociétés affichant un profil de création de valeur supérieur et pérenne.


A lire également

UBP dans la presse 23.02.2024

UBP seeks to double Middle East business in five years

Citywire Middle East, Paromita Dey (13.02.2024) - The Swiss private bank is looking to expand its Middle East business by targeting new markets in the region.

UBP dans la presse 22.02.2024

Gold prices should consolidate

Finanz und Wirtschaft (17.02.2024) - In January, gold traded in a tight range of between USD 2,000 and USD 2,050 per oz. This tight trading range reflected a generally subdued trading environment – three-month implied volatilities fell to levels of around 10% – which is a relatively low level of volatility for the yellow metal.

UBP dans la presse 06.02.2024

Global Outlook 2024: Leading views on the year’s key hedge fund trends

Hedgeweek - Our expert gives its take on prospects for key hedge fund investment strategies in the coming months.