1. Newsroom
  2. L’appétit pour les obligations convertibles à 0%
Menu
UBP dans la presse 14.02.2020

L’appétit pour les obligations convertibles à 0%

L’appétit pour les obligations convertibles à 0%

Allnews (07.02.2020) - «2019 a été une très bonne année pour le marché primaire», estime Marc Basselier, responsable de la gestion Obligations convertibles à l’UBP.


Volonté de s’exposer aux actions tout en se protégeant contre une correction, diversification des actifs, stratégies asymétriques – les émissions d’obligations convertibles (OC) assorties de coupons à 0% remportent un franc succès en raison de leur convexité. Dans le sillage de l’assouplissement quantitatif, ces titres hybrides – à mi-chemin entre les obligations et les actions – offrent des rendements négatifs dans le cas où la conversion de l’obligation en actions n’a pas lieu. Une rémunération a priori bien insuffisante au regard de leur rang de subordination inférieur. «Elles ne sont pas pour autant inintéressantes, car leur performance est liée à l’évolution de l’action sous-jacente», estime Marc Basselier, responsable de la gestion Obligations convertibles à l’UBP.

Un univers plus diversifié

La tendance de fond des rachats d’actions propres par les entreprises a marqué l’année passée. Inversement, le marché primaire mondial des OC, dont les émissions ont atteint 85 milliards de dollars, est en effervescence:

«2019 a été une très bonne année pour le marché américain avec 60 milliards de dollars de nouvelles émissions, et une des meilleures années depuis 2001 en Europe après le rattrapage du second semestre» 

commente Marc Basselier. D’ailleurs, certaines de ces émissions auraient financé des rachats d’actions propres «pour des raisons d’optimisation des bilans», précise-t-il.

Depuis quatre ans, certains secteurs non représentés jusqu’ici – comme la distribution alimentaire «take away», les softwares ou les semi-conducteurs, ainsi que des sociétés de croissance – sont venus s’ajouter à l’univers d’investissement. L’on a même vu des émissions d’OC vertes telles que celles de NeoN, une jeune société qui produit des éoliennes: «Sa première émission au deuxième trimestre a bien démarré, avec une petite souche», ajoute Marc Basselier.

Sélectivité dans le choix des titres

Avec des primes de conversion largement supérieures à 20%, les OC sont-elles toujours pertinentes à l’heure où les actions atteignent des sommets historiques? «La durée de vie des OC est de cinq à sept ans, ce qui procure des primes totalement correctes», explique Marc Basselier. Selon le spécialiste, d’autres critères comme la sensibilité des OC aux actions et leur protection contre une correction des marchés méritent davantage d’attention. «Dans l’univers européen, l’exposition aux actions est de 40% pour un plancher obligataire de 12% inférieur. Des expositions tout aussi attractives se retrouvent également dans le luxe, avec la dernière émission en LVMH, de maturité 2022, qui affiche une prime de conversion de 20% environ.»

Convertible bonds

Interview de Marc Basselier réalisée par Salima Barragan pour Allnews


Basselier_Marc_150x150_2.jpg
Marc Basselier
Head of Convertible bonds

Convertible Bonds

Convertible bonds add convexity to your portfolio

Find out why convexity works in the short-to-long term

Watch the video

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 23.01.2020

UBP, la remontada

Sphere (01.2020) - L’an passé, à la fin du premier semestre, l’UBP avait quasiment retrouvé les encours qui étaient les siens en 2007, avant que la crise ne la fasse chuter à 65 milliards fin 2010. Depuis, elle a réussi l’exploit de doubler de taille et de se structurer pour être capable d’aller encore chercher de la croissance.

UBP dans la presse 03.03.2020

Quand la gestion discrétionnaire associe la technicité à l’agilité

Le Temps (02.03.2020) - La convergence entre gestion institutionnelle et gestion discrétionnaire en termes d’outils d’aide à la décision et de techniques de gestion est désormais une évidence.

UBP dans la presse 06.12.2019

Des opportunités à saisir en dehors du marché américain

Agefi (28.11.2019) - Interview de Norman Villamin, CIO Wealth Management de l'UBP, par Piotr Kaczor

A lire également

UBP dans la presse 03.03.2020

Quand la gestion discrétionnaire associe la technicité à l’agilité

Le Temps (02.03.2020) - La convergence entre gestion institutionnelle et gestion discrétionnaire en termes d’outils d’aide à la décision et de techniques de gestion est désormais une évidence.

UBP dans la presse 26.02.2020

L'heure est aux convertibles

Agefi Indices (24.02.2020) - Les marchés ont fini l'année comme ils l'avaient commencée - sur une tendance haussière. Les investisseurs qui s'étaient engagés en 2019 avec une allocation de portefeuille «risk-on» ont ainsi été les grands gagnants l'an passé. A quoi s'attendre désormais pour 2020?

UBP dans la presse 25.02.2020

'Asymmetry' still key in discretionary portfolios

Citywire Asia (17.02.2020) - UBP started positioning its discretionary portfolios to look more 'asymmetric' over the medium-term in 2018.