1. Newsroom
  2. La gestion active «short», une stratégie de couverture
Menu
UBP dans la presse 29.01.2019

La gestion active «short», une stratégie de couverture

La gestion active «short», une stratégie de couverture

L'Agefi Indices (28.01.2019) - L’environnement actuel des marchés pourrait amener les investisseurs à mettre en place une ligne de défense pour leur portefeuille actions.


Après de nombreuses années de marchés boursiers porteurs, avec des banques centrales accommodantes, et où chaque repli représentait une opportunité d’achat, un nouvel environnement s’est installé depuis quelques mois. Tout d’abord, un changement de régime est intervenu au niveau de la volatilité (qui est en augmentation depuis ses niveaux historiquement bas de 2017), mais aussi du côté des politiques monétaires des banques centrales, avec un effet haussier sur les taux d’intérêt. En conséquence, la complémentarité des obligations avec les actions dans la construction de portefeuille – notamment pour leur rôle de coussin de sécurité en cas de marchés baissiers – pourrait être remise en question. Dès lors, l’appétit au risque de nombreux investisseurs s’en est trouvé modifié: bien qu’ils souhaitent rester exposés aux marchés actions, ils recherchent également des solutions pour calibrer leur risque et bénéficier d’une ligne de défense en cas de recul des marchés.

Les investisseurs peuvent ainsi opter pour une solution de gestion active et dynamique à faible coût, et leur offrant la possibilité d’augmenter la couverture de leur poche actions lors d’un retournement des marchés. Cette solution se base sur une stratégie utilisant des instruments dérivés, cotés et liquides, et permet d’ajuster l’exposition actions d’un portefeuille sans qu’il soit nécessaire de vendre ou d’acheter des titres. Cela évite ainsi des frais de courtage ou de possibles impacts fiscaux liés à ces transactions. D’un point de vue technique, cette stratégie est une combinaison de plusieurs méthodes de gestion complémentaires, ayant recours à des options et à des «futures». Elle s’adapte à différents types de mouvements de marché, qu’il s’agisse d’une baisse régulière et stable, ou d’une correction abrupte. Son implémentation ne dépend donc pas du timing. Elle permet en outre de bénéficier de caractéristiques intéressantes, comme l’exposition à la volatilité des actions, qui a tendance à monter en cas de stress sur le marché.

Une solution de gestion active «short» sied à tout type d’investisseur car elle s’inscrit dans une logique de gestion des risques. De plus, elle demeure flexible en fonction du niveau de couverture souhaité (faible ou plus prononcé). Le graphique 1 illustre l’exemple d’une exposition aux actions nette initiale de 100% réduite du fait de l’ajout d’une exposition dynamique «short» au marché. Ainsi, la diminution de l’exposition nette d’un portefeuille permet de réduire son risque, et la flexibilité donnée en matière de protection permet d’adapter l’exposition nette d’un portefeuille actions dans le temps.

De plus, l’objectif de cette stratégie est de rendre le profil de rendement du portefeuille plus asymétrique. En effet, son coût d’opportunité en cas de hausse des marchés devrait, à moyen terme, être plus que compensé par sa contribution en cas de baisse. Le graphique 2 associe la notion de réduction du risque à celle du rendement. A partir du même portefeuille initial, une réduction du risque implémentée via l’ajout d’une solution de gestion active «short» (option 2) visera à améliorer le couple rendement/risque par rapport à une simple diminution d’exposition de la poche actions (option 1), pour un niveau d’exposition finale équivalent (dans cet exemple 75%).

Graphique 1: La gestion active «short» permet l’ajustement dynamique de l’exposition nette d’un portefeuille actions

2019-01-28_15-38-59.png

 

Graphique 2: La gestion active «short» permet d’améliorer le couple rendement/risque d’un portefeuille actions

2019-01-28_15-38-34.png

UBP Cross Asset Solutions

Henry_Philippe_150x150.jpg

Philippe Henry
Global Head of Cross Asset Solutions

Gridel_150x150.jpg

Geoffroy Gridel
Senior Portfolio Manager
 

Expertise

Impact investing - Contributing to a more sustainable future

What are the key features of impact investing?

Read more

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 04.01.2021

The rise of UBP’s impact strategy

Funds Society (14.12.2020) - The first strategy in UBP's impact investing platform, Positive Impact Equity, has been going from strength to strength since its inception. Impact investing specialist Yvan Delaplace details the strategy’s investment process and broader sustainability trends in the sector.

UBP dans la presse 29.01.2021

Fixed income outlook: Positive environment for credit

Institutional Money (27.01.2021) - Despite an accelerating Covid-19 spread into year-end, risk markets concluded 2020 on a strong note as investors took confidence from the commencement of the vaccine rollout in the US and UK. 

UBP dans la presse 03.02.2021

Compelling opportunities in Japanese small-cap techs

Funds Society (28.01.2021) - An improvement in corporate governance, a stable government and a leading edge in digitalisation and robotics are making the Japanese small-cap segment a rich source of attractive opportunities for selective investors, says UBP Senior Analyst Cédric Le Berre.


A lire également

UBP dans la presse 18.06.2021

Embracing China 3.0

Citywire Asia (15.06.2021) –  How Michael Blake doubled UBP’s asset base in Asia in five years, and where he sees China heading next.

UBP dans la presse 17.06.2021

Asset TV Fund Selector: Environmental Impact

Environmental impact investing in equities has moved from a niche strategy to the mainstream in recent years. But what exactly are environmental equities, their current valuations and the opportunities available in this sector?

UBP dans la presse 14.06.2021

Reprise post-Covid: l’Europe en voie de surperformer

Allnews (14.06.2021) - Après être restée en retrait par rapport aux autres régions dans le mouvement de reprise post-Covid, l’Europe devrait désormais surperformer, bénéficiant à présent de plusieurs facteurs majeurs. Ceci semble donc de bon augure pour le crédit européen et, en particulier, les segments à revenus supérieurs, tels que le «high yield» et la dette AT1