1. Newsroom
  2. La gestion active «short», une stratégie de couverture
Menu
UBP dans la presse 29.01.2019

La gestion active «short», une stratégie de couverture

La gestion active «short», une stratégie de couverture

L'Agefi Indices (28.01.2019) - L’environnement actuel des marchés pourrait amener les investisseurs à mettre en place une ligne de défense pour leur portefeuille actions.


Après de nombreuses années de marchés boursiers porteurs, avec des banques centrales accommodantes, et où chaque repli représentait une opportunité d’achat, un nouvel environnement s’est installé depuis quelques mois. Tout d’abord, un changement de régime est intervenu au niveau de la volatilité (qui est en augmentation depuis ses niveaux historiquement bas de 2017), mais aussi du côté des politiques monétaires des banques centrales, avec un effet haussier sur les taux d’intérêt. En conséquence, la complémentarité des obligations avec les actions dans la construction de portefeuille – notamment pour leur rôle de coussin de sécurité en cas de marchés baissiers – pourrait être remise en question. Dès lors, l’appétit au risque de nombreux investisseurs s’en est trouvé modifié: bien qu’ils souhaitent rester exposés aux marchés actions, ils recherchent également des solutions pour calibrer leur risque et bénéficier d’une ligne de défense en cas de recul des marchés.

Les investisseurs peuvent ainsi opter pour une solution de gestion active et dynamique à faible coût, et leur offrant la possibilité d’augmenter la couverture de leur poche actions lors d’un retournement des marchés. Cette solution se base sur une stratégie utilisant des instruments dérivés, cotés et liquides, et permet d’ajuster l’exposition actions d’un portefeuille sans qu’il soit nécessaire de vendre ou d’acheter des titres. Cela évite ainsi des frais de courtage ou de possibles impacts fiscaux liés à ces transactions. D’un point de vue technique, cette stratégie est une combinaison de plusieurs méthodes de gestion complémentaires, ayant recours à des options et à des «futures». Elle s’adapte à différents types de mouvements de marché, qu’il s’agisse d’une baisse régulière et stable, ou d’une correction abrupte. Son implémentation ne dépend donc pas du timing. Elle permet en outre de bénéficier de caractéristiques intéressantes, comme l’exposition à la volatilité des actions, qui a tendance à monter en cas de stress sur le marché.

Une solution de gestion active «short» sied à tout type d’investisseur car elle s’inscrit dans une logique de gestion des risques. De plus, elle demeure flexible en fonction du niveau de couverture souhaité (faible ou plus prononcé). Le graphique 1 illustre l’exemple d’une exposition aux actions nette initiale de 100% réduite du fait de l’ajout d’une exposition dynamique «short» au marché. Ainsi, la diminution de l’exposition nette d’un portefeuille permet de réduire son risque, et la flexibilité donnée en matière de protection permet d’adapter l’exposition nette d’un portefeuille actions dans le temps.

De plus, l’objectif de cette stratégie est de rendre le profil de rendement du portefeuille plus asymétrique. En effet, son coût d’opportunité en cas de hausse des marchés devrait, à moyen terme, être plus que compensé par sa contribution en cas de baisse. Le graphique 2 associe la notion de réduction du risque à celle du rendement. A partir du même portefeuille initial, une réduction du risque implémentée via l’ajout d’une solution de gestion active «short» (option 2) visera à améliorer le couple rendement/risque par rapport à une simple diminution d’exposition de la poche actions (option 1), pour un niveau d’exposition finale équivalent (dans cet exemple 75%).

Graphique 1: La gestion active «short» permet l’ajustement dynamique de l’exposition nette d’un portefeuille actions

2019-01-28_15-38-59.png

 

Graphique 2: La gestion active «short» permet d’améliorer le couple rendement/risque d’un portefeuille actions

2019-01-28_15-38-34.png

UBP Cross Asset Solutions

Henry_Philippe_150x150.jpg

Philippe Henry
Global Head of Cross Asset Solutions

Gridel_150x150.jpg

Geoffroy Gridel
Senior Portfolio Manager
 

Insight

Navigating wealth succession in Asian families

Wealth succession is complex, emotional and can be costly if not managed properly

Read more

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 02.04.2019

Zurich, un centre névralgique pour UBP

Le Temps (29.03.2019) - UBP, qui a repris Coutts il y a exactement quatre ans, gère 25 milliards de francs dans la capitale économique, après avoir doublé ses avoirs en cinq ans. Rencontre avec Adrian Künzi, responsable de la filiale locale depuis un an.

UBP dans la presse 26.03.2019

UBP envisage tous les scénarios de Brexit avec sérénité

AWP (25.03.2019) - Union Bancaire Privée (UBP) a anticipé les incertitudes pesant sur l'avenir de la Grande-Bretagne face à l'Union européenne. Le renforcement à Londres, avec l'acquisition récente d'ACPI, et la présence à Luxembourg permettent à l'établissement genevois de parer à toute éventualité, a expliqué à AWP le directeur général Guy de Picciotto.

UBP dans la presse 03.04.2019

Réexposition progressive au risque crédit

Option Finance (21.03.2019) - Au regard de la « normalisation » de la croissance économique, de la fin du resserrement monétaire des banques centrales et de la recrudescence de la volatilité, il est utile pour les gestions obligataires d’aborder la classe d’actifs selon trois axes majeurs : une réexposition progressive au risque crédit, l’augmentation de la duration et la recherche de liquidité.

A lire également

UBP dans la presse 19.09.2019

“Extremely low interest rates set to persist”

Frankfurter Allgemeine Zeitung (13.09.2019) - Swiss asset manager Nicolas Faller expects high stock market volatility

UBP dans la presse 18.09.2019

Challenges & Opportunities in Impact Investing

Financial Times (12.09.2019) - It is difficult to regard the 2008 financial crisis in anything other than a negative light. However, for one area of investment, it marked a significant acceleration in prospects.

UBP dans la presse 13.09.2019

Asset TV Masterclass : Fixed Income

With interest rates at rock bottom, bond markets have become very expensive. So why would anybody want to invest in fixed income? Where does the balance between risk and reward lie in these markets and how are central banks responding to slower growth?