1. Newsroom
  2. Les stratégies alternatives offrent à nouveau des opportunités de diversification
Menu
UBP dans la presse 23.06.2022

Les stratégies alternatives offrent à nouveau des opportunités de diversification

Les stratégies alternatives offrent à nouveau des opportunités de diversification

Agefi Luxembourg (06.2022) - Dans un contexte de hausse des taux entraînant un «repricing» à la baisse des actifs financiers, les investisseurs peuvent s’intéresser aux stratégies alternatives décorrélées des indices.


L’inflation, que la plupart des économistes et les banques centrales pensaient encore provisoire en fin d’année dernière, s’est installée dans la durée. En effet, les tensions sur les matières premières ainsi que la politique ‘zéro covid’ en Chine, qui désorganise les chaînes d’approvisionnement et perturbe la fluidité des échanges, laissent présager une poursuite des tensions inflationnistes. L’inflation devrait ainsi se stabiliser à des niveaux durablement plus élevés qu’anticipé précédemment. En attendant, les marchés actions et obligataires s’adaptent à ce nouveau contexte plus difficile, marqué par la hausse des taux et la fin de l’argent gratuit. En Europe, les conséquences du conflit en Ukraine viennent ajouter un élément de difficulté pour les économies du Vieux Continent, qui dépendent davantage de l’approvisionnement en hydrocarbures de la Russie.

Ces dernières années, les politiques non conventionnelles des banques centrales (plans d’achats d’actifs) ont globalement entretenu les marchés de manière artificielle et encouragé le positionnement des investisseurs sur les actifs risqués. Toutefois, la fin de ces politiques accommodantes et le resserrement monétaire en cours entraînent un «repricing» des actifs risqués. La discrimination entre les émetteurs devient plus forte. Les entreprises en difficulté, qui bénéficiaient de conditions d’emprunt favorables, devraient désormais être à la peine pour se refinancer.

Les stratégies ‘macro & systematic’ ont le vent en poupe

Pour les investisseurs, ce nouvel environnement volatil et plus discriminant se révèle, dans l’ensemble, plus propice aux stratégies alternatives décorrélées de l’évolution des marchés. Ainsi, les stratégies ’macro’ ont tiré leur épingle du jeu depuis le début de l’année, en particulier les stratégies ‘macro & systematic’ (l’indice HFRI Macro: Systematic Diversified a progressé de 9,67%*). Ces dernières ont en effet pu générer des rendements attractifs grâce à des positions longues prises sur les marchés des matières premières (‘commodities’) et à des positions courtes sur les marchés obligataires ainsi que sur les marchés actions. Ces stratégies ont, à l’instar des stratégies ‘relative value’, démontré leur caractère défensif dans le contexte de marché chahuté.

D’un autre côté, les stratégies ‘equity long/short’ ont davantage souffert depuis le début de l’année (l’indice HFRI Equity Hedge Total a reculé de 4,1%*), alors que les stratégies ‘credit & event-driven’ ont généralement plutôt bien résisté vu l’environnement de marché (l’indice HFRI Event-Driven a cédé 1,42%*). Il existe cependant plusieurs types de stratégies ‘long/short’ avec des degrés de sensibilité aux actions plus ou moins forts. A ce titre, les stratégies ‘market neutral’ sont plus recherchées. A moyen terme, nous pensons toutefois que les stratégies ‘long/short’ (Equity & Credit) ainsi que les stratégies ‘macro & systematic’ pourraient être source d’opportunités pour les investisseurs, compte tenu du contexte de durcissement des politiques monétaires conduisant à un «repricing» à la baisse des actifs financiers, autour de leurs fondamentaux.

Les stratégies alternatives cherchent également à tirer profit des mouvements de ‘dislocation’ des marchés. Il s’agit ainsi de capturer tout au long de l’année une série d’écartements de spreads en dehors de toute position directionnelle. Un exemple ? Sur le marché des matières premières, en février 2022, la suspension de la cotation du nickel sur le London Metal Exchange (LME) – alors que la cotation du même métal se poursuivait sur le Shanghai Futures Exchange (SHFE) – a donné lieu, pendant une brève période, à un mouvement de dislocation offrant une réelle opportunité aux investisseurs.

Il est essentiel d’être bien conseillé avant d’établir une stratégie d’investissement alternative car la qualité des gérants est très hétérogène. Une sélection rigoureuse est la clé du succès dans notre industrie.

*Hedge Fund Research (HFR) Inc. (premier trimestre 2022)


Fredrik Langenskiöld Fredrik Langenskiöld
Senior Investment Specialist
VOIR PROFIL LINKEDIN
Expertise

Actions globales

Investir dans des sociétés affichant un profil de création de valeur supérieur et pérenne.


A lire également

UBP dans la presse 04.04.2024

Marchés obligataires: Un contexte positif pour le crédit

Allnews (04.04.2024) - Nous devrions assister à un changement de régime sur les marchés obligataires à l’heure où les banques centrales préparent le terrain pour de potentielles baisses de taux après le plus fort cycle de resserrement observé depuis les années 1970.

UBP dans la presse 27.03.2024

From trading to pure play: UBP’s Ivan Wong shares the beauty of a boutique bank

Asian Private Banker, Carly Lau (22.03.2024) - The beauty of working for a pure play is the core focus on wealth management, where the business is not subjected to the aggressive risk culture associated with investment banking, nor exposed to the cyclical corporate lending of commercial banking.

UBP dans la presse 26.03.2024

«10 à 15% des clients veulent du durable»

Le Temps, Sébastien Ruche (25.03.2024) - L’importance de la performance, la difficulté à faire progresser les investissements verts ou l’identité des futurs patrons de l’UBP: Guy de Picciotto, directeur général de la banque genevoise, se livre à un vaste tour d’horizon.