1. Newsroom
  2. Le potentiel de valeur offert par les petites et moyennes capitalisations européennes
Menu
UBP dans la presse 13.12.2016

Le potentiel de valeur offert par les petites et moyennes capitalisations européennes

Le potentiel de valeur offert par les petites et moyennes capitalisations européennes

L'AGEFI - Dans l’environnement de marché actuel, les petites et moyennes capitalisations («smid caps») recèlent un fort potentiel de valeur.


Il ne s’agit pas d’une simple fenêtre d’opportunités sur le court terme. Les atouts de l’univers des «smid caps» européennes sont d’ordre structurel: ils tiennent aussi bien aux fondamentaux de ce segment qu’au profil des entreprises qui le composent. Vu leur taille plus modeste, ces sociétés affichent une croissance généralement plus rapide que leurs homologues de grande capitalisation, grâce à un effet de base favorable. Par ailleurs, elles sont souvent actives sur des segments de niche attractifs ou à forte croissance.

Le marché européen compte environ 1’500 petites et moyennes entreprises, soit des sociétés avec une capitalisation boursière comprise entre EUR 200 millions et EUR 5 milliards. L’univers des «smid caps» étant encore relativement peu exploré par les analystes et les gérants d’actifs, il représente un réel avantage compétitif pour les spécialistes de ce segment. Ainsi, il est possible, si l’on s’en donne les moyens, de découvrir au sein de cet univers de véritables pépites encore méconnues du marché.

Bien que les «smid caps» affichent de grandes disparités en termes de profil, de santé financière et de modèle d’affaires, ce segment semble offrir un plus fort potentiel de génération de valeur. Cela s’explique principalement par le fait que cet univers d’investissement compte beaucoup d’entreprises actives sur des marchés de niche. Nombre d’entre elles ont une forte capacité de fixation des prix grâce à leur savoir-faire industriel, à leurs produits exclusifs ou à leurs innovations. Ces caractéristiques sont de réels gages de visibilité sur la croissance bénéficiaire des sociétés. C’est notamment le cas dans le secteur manufacturier, les services technologiques et la santé sur des marchés comme la Suède et l’Allemagne, où le tissu des petites et moyennes entreprises est dense.

S’agissant de l’avenir, les «smid caps» européennes devraient afficher un solide momentum bénéficiaire sur le reste de l’année et début 2017. Leur croissance devrait être dans l’ensemble supérieure à celle des grandes capitalisations, dont les bénéfices restent impactés par un cadre réglementaire toujours plus strict dans le secteur des banques et des assurances. En outre, l’activité de fusions-acquisitions, les grandes tendances démographiques et les mutations en cours dans les différentes industries représentent des thèmes attrayants au sein de l’univers des «smid caps».
 

Cependant, les investisseurs doivent veiller à éviter certains écueils. La sélection de titres reste déterminante, et ce davantage encore que dans d’autres segments du marché actions, étant donné que la liquidité et la volatilité peuvent être plus problématiques. Une approche «titre par titre» permet ainsi de réduire la dispersion des performances. Pour ce faire, il est nécessaire de se concentrer sur les facteurs internes et externes qui conditionnent la performance d’une société. Cela peut commencer par l’analyse de la qualité du bilan, des cash-flows, de la structure opérationnelle, du management, de la culture d’entreprise et de la capacité à limiter les coûts. L’étape suivante consiste à examiner les opportunités et les défis liés à l’environnement économique et sectoriel de la société.

En termes de sélection des investissements, il convient de cibler non seulement des entreprises dont la croissance est stable et prévisible, mais aussi celles dont les bénéfices sont en forte progression après une phase de retournement, de restructuration ou d’évolution du modèle d’affaires. En effet, ces dernières peuvent souvent offrir des opportunités d’achat attractives. En outre, les sociétés faisant l’objet d’opérations de fusions-acquisitions – et c’est notamment le cas dans les secteurs des services aux entreprises et de la logistique – sont susceptibles d’attirer l’attention et de voir ainsi croître leur prix en Bourse. S’agissant plus spécifiquement du secteur de la santé, les entreprises profiteront très probablement des grandes tendances démographiques, comme le vieillissement de la population. De plus, les transformations fondamentales du secteur technologique pourraient accélérer les changements disruptifs – et particulièrement bénéfiques – dans un certain nombre d’industries.
 

Lire l'article original


ANNISS_CHARLES_15.jpg

Charles Anniss
Small- and Mid-Cap Portfolio Manager, European Equities team

 

Newsletter

Sign up to receive UBP’s latest news & investment insights directly in your inbox

Click and enter your email address to subscribe

Expertise

Impact investing, créer le monde de demain

L’«impact investing» vise à résoudre les problématiques majeures de la planète en identifiant des investissements attrayants à long terme.

Lire plus

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 26.09.2018

Asset TV Fund Selector: Fixed Income

What does the end of quantitative easing mean for bond investors? What should be the right exposure to emerging bond markets and why are active managers better equipped than passive ones to handle the return of volatility? Mohammed Kazmi, Portfolio Manager & Macro-Strategist Global and Absolute Return Fixed Income at UBP, recently participated in an Asset TV broadcast outlining the risk and reward trade-offs in fixed-income markets over the next six to twelve months.

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.


A lire également

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.