1. Newsroom
  2. Comment profiter de l'essor de la consommation chinoise?
Menu
UBP dans la presse 12.10.2016

Comment profiter de l'essor de la consommation chinoise?

Comment profiter de l'essor de la consommation chinoise?

L'AGEFI - L’expansion de la consommation chinoise figure parmi les opportunités d’investissement les plus intéressantes à ce jour. Au cœur de ce phénomène réside une urbanisation rapide, qui, compte tenu de son ampleur, pourrait constituer un événement unique dans l’Histoire.


La génération née après l’ère Deng Xiaoping vient de franchir un seuil symbolique: en 2015, elle représentait plus de la moitié de la population. Elle devrait atteindre les deux tiers d’ici cinq ans et ses habitudes de consommation bouleversent le paysage politique, économique, commercial et social. Née dans les années 1980, cette génération a grandi dans un contexte inédit de stabilité et de relative prospérité. Elle possède la confiance et l’argent nécessaires pour dépenser dans le bien-être, la réalisation personnelle et les divertissements.

Economie émergente et dynamique, la Chine reste un marché incontournable mais souvent très complexe. Investir en Chine requiert non seulement des capacités de recherche et de l’expérience, mais également une certaine agilité afin de décoder les décisions politiques. Il est en outre nécessaire de bien comprendre la nature des investisseurs chinois. De par leur profil, ils sont souvent plus sensibles à l’actualité et tolèrent moins bien la volatilité. Les événements de 2015 et 2016 sont caractéristiques de la vitesse à laquelle le marché chinois peut fluctuer.

En 2015, il a connu deux mouvements brutaux: une période de croissance, suivie d’un effondrement spectaculaire au mois de juin. L’indice Shanghai Composite a bondi de plus de 130% entre juillet 2014 et juin 2015. Après cinq années de baisse, une telle euphorie n’avait rien d’étonnant. Mais d’un point de vue macroéconomique, les fondamentaux ne présentaient aucune amélioration significative.

L’excès de liquidité artificiellement créé et les interventions du gouvernement ont logiquement fragilisé la confiance des investisseurs dans le marché en 2015.

Pourquoi une telle montée en flèche des indices boursiers ? Comme souvent, la liquidité excessive a été l’un des principaux «carburants de la spéculation». Le comportement exubérant des investisseurs et le déni apparent des risques ont finalement attiré l’attention des autorités. Le resserrement soudain des conditions de financement annoncé en hâte a instantanément stoppé la frénésie du marché, déclenchant une correction brutale. L’indice Shanghai Composite a perdu 50% de sa valeur dans les trois mois qui ont suivi. Une fois encore, les autorités ont été contraintes d’intervenir, ce qui a rapidement eu pour effet de refroidir les investisseurs, tout en précipitant la chute des marchés boursiers chinois.

Afin de prospérer sur le long terme, il est important de disposer d’un savoir-faire et d’une expérience au niveau local. Malgré des conditions macroéconomiques qui se normalisent après des décennies de forte croissance, nous pensons qu’un atterrissage brutal n’est pas à craindre. La situation actuelle résulte d’un ensemble de réformes économiques et ne devrait pas être interprétée comme un ralentissement général de l’activité, et certainement pas de la consommation domestique. Par le passé, les secteurs primaires et secondaires représentaient les moteurs de la croissance. Aujourd’hui, les réformes en cours visent à renforcer la contribution du tertiaire. La Chine entend multiplier par deux son PIB de 2010 ainsi que le revenu des citadins comme des ruraux à l’horizon 2020.

Performance du MSCI China A depuis 2001

graph-1-performance-table--msci

De nouveaux thèmes d’investissement émergent de ces réformes et représentent de véritables opportunités pour les investisseurs à long terme. La défense nationale, l’aérospatiale, le secteur des moteurs à énergies nouvelles, les services médicaux, l'information, le renseignement ainsi que la technologie, les médias et les télécoms (TMT) offrent des idées d’investissement à qui sait les analyser. Il s’agit des secteurs mis en avant dans les 12e et 13e plans quinquennaux. Même si certains de ces concepts ont déjà atteint un certain degré de maturité dans les pays occidentaux, ce n’est pas encore le cas en Chine.

Les marchés boursiers chinois pourraient être volatils à court terme, mais devraient revenir progressivement à la normale. Cette normalisation devrait intervenir grâce aux grands gagnants de la nouvelle économie. Jusqu’à présent, le manque de confiance dans les secteurs sous contrôle de l’Etat a accentué la vision court-termiste des investisseurs. Quant à leurs craintes concernant la liquidité, le gouvernement chinois ne devrait pas décréter de mesures d'incitation monétaire ou budgétaire. A long terme, avec des rendements obligataires en baisse et des prix de l’immobilier élevés, les actions – souvent sous-évaluées dans les secteurs en plein essor – continueront de présenter des avantages en termes d’allocation. Ces opportunités émergeant d’une économie portée par la consommation domestique demeureront les principales sources d’alpha du marché chinois.

L’excès de liquidité artificiellement créé et les interventions du gouvernement ont logiquement fragilisé la confiance des investisseurs dans le marché en 2015. Cette situation a entraîné une différence de performance importante entre les entreprises privées et les secteurs étatiques privilégiés, tels que les banques et les producteurs d’acier. En 2016, certains signes indiquent que cette inclination stratégique à soutenir les entreprises d’Etat a été excessive et néfaste pour le bon fonctionnement des marchés financiers. Une telle période d’«exubérance irrationnelle» pourrait représenter un excellent point d’entrée pour les investisseurs qui pensent différemment et à plus long terme. Ces investisseurs «contrarian» sont ceux qui privilégient une approche active dans un marché chinois riche en opportunités, et plus particulièrement dans les secteurs de la consommation.


Yao_peng.jpg

Peng Yao
Gérant de fonds - Actions chinoises

 

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 26.09.2018

Asset TV Fund Selector: Fixed Income

What does the end of quantitative easing mean for bond investors? What should be the right exposure to emerging bond markets and why are active managers better equipped than passive ones to handle the return of volatility? Mohammed Kazmi, Portfolio Manager & Macro-Strategist Global and Absolute Return Fixed Income at UBP, recently participated in an Asset TV broadcast outlining the risk and reward trade-offs in fixed-income markets over the next six to twelve months.

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.


A lire également

UBP dans la presse 21.02.2019

Making the most of open architecture

Fund Selector Middle East (18.02.2019) - Dubai expansion plans as Swiss-owned family firm’s asset management arm wins mandates.

UBP dans la presse 20.02.2019

L’option des convertibles reste l’intérêt de la classe d'actifs

Funds Magazine (02.2019) - "Les convertibles européennes sont devenues très défensives. Par voie de conséquence, investir dans cette classe d’actifs représente un risque limité, car la croissance économique reste relativement robuste et les perspectives des entreprises correctes."

UBP dans la presse 19.02.2019

Le scénario d’un ralentissement en douceur gagne en crédibilité

Le Temps (18.02.2019) - Si l’on se fie à la croyance populaire chinoise, l’année qui vient de débuter – sous le signe du cochon – s’annonce encourageante pour le secteur financier, cet animal étant un symbole de prospérité.