1. Newsroom
  2. Asset management: les facteurs clés de réussite
Menu
UBP dans la presse 27.11.2017

Asset management: les facteurs clés de réussite

Asset management: les facteurs clés de réussite

La recherche d’influence n’a jamais été un moteur pour moi. Ce qui me fait avancer c’est l’exigence de qualité au quotidien pour offrir aux clients les meilleurs résultats, jour après jour.


Diplômée de l’Université de St-Gall, Christel Rendu de Lint est titulaire d’un PhD en économie de la London Business School. Après un stage au FMI, elle commence sa carrière en 2000 en tant qu’économiste chez Morgan Stanley. Trois ans plus tard, elle passe à la gestion d’actifs auprès de Pictet Asset Management en qualité de gérante obligataire, où elle finira par cogérer le plus important fonds obligataire de Pictet à l’époque. En 2007, elle rejoint l’UBP pour développer les activités de gestion obligataire. Christel porte aujourd’hui le titre de Membre de la Direction Générale et elle est Responsable de la gestion obligataire globale et absolute return – une équipe de 12 personnes gérant plus de CHF 17 milliards (mia).

« Selon moi, le facteur clé de succès est évidemment avant tout le travail, comme pour toute autre activité ! Pour la gestion en particulier, il faut trouver son propre style et développer un processus d’investissement robuste autour de celui-ci. Ensuite, construire une équipe capable de travailler ensemble à partir de ce processus d’investissement. L'une des principales difficultés de la profession est d'exprimer des convictions fortes tout en sachant reconnaître ses erreurs rapidement, ce qui nécessite de se remettre sans cesse en question. Enfin, il faut savoir innover pour répondre aux besoins des clients et aux changements de paradigme. C’est en appliquant ces principes que nous avons pu faire passer les actifs de CHF 2 mia à CHF 17 mia en dix ans, et lancer des stratégies obligataires à haut rendement qui sont régulièrement en tête des classements.

"Il faut savoir innover pour répondre aux besoins des clients et aux changements de paradigme."

La différence entre un gérant de référence et un autre c’est je crois, l’adaptabilité, la cohérence et la longévité. Il faut savoir s’adapter aux conditions qui nous entourent, tout en restant cohérent avec soi-même et son propre style de gestion, dans l’espoir de fournir d’excellents résultats sur le long terme, assurant ainsi la pérennité de l’activité de gestion. De plus, la performance – et sa régularité – sont indispensables. Lorsque deux fonds de performance comparable sont en compétition, la transparence de la communication, la clarté de la stratégie de placement et la stabilité de l’équipe sont aussi des atouts majeurs.

Mais il ne faut pas sous-estimer l’importance de la force commerciale de l’institution, c’est-à-dire sa capacité à mettre les gérants en face des clients.

La recherche d’influence n’a jamais été un moteur pour moi. Ce qui me fait avancer c’est l’exigence de qualité au quotidien pour offrir aux clients les meilleurs résultats, jour après jour. Si vos résultats parlent d’eux-mêmes, les clients auront envie de connaître votre avis et d’investir avec vous. Je reste d’ailleurs fidèle à ma ligne de conduite : attention au détail, discipline, respect des règles. Mais s’il n’y avait qu’un seul principe à retenir, ce serait: faire passer en premier l’intérêt du client et la réputation de la Banque.

"Quant à l’avenir, je suis très positive sur les développements du métier de gestion d’actifs car les clients privés et institutionnels auront toujours besoin de solutions performantes pour placer leurs avoirs."

Quant à l’avenir, je suis très positive sur les développements du métier de gestion d’actifs car les clients privés et institutionnels auront toujours besoin de solutions performantes pour placer leurs avoirs. La demande de produits obligataires restera forte dans un environnement de croissance et d’inflation modérées, caractérisé par la faiblesse des gains de productivité dans les pays développés. Le métier va continuer à évoluer selon les tendances de ces dernières années : exigence de transparence; nécessité de différenciation et d’innovation pour se distinguer des ETF; et, pour la gestion obligataire en particulier, adéquation entre la liquidité offerte par les véhicules de placement et la liquidité de leurs investissements. »

Plus d'informations

RENDU DE LINT Christel.jpg

Christel Rendu de Lint
Responsable de la gestion obligataire

Newsletter

Sign up to receive UBP’s latest news & investment insights directly in your inbox

Click and enter your email address to subscribe

Expertise

Impact investing, créer le monde de demain

L’«impact investing» vise à résoudre les problématiques majeures de la planète en identifiant des investissements attrayants à long terme.

Lire plus

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 26.09.2018

Asset TV Fund Selector: Fixed Income

What does the end of quantitative easing mean for bond investors? What should be the right exposure to emerging bond markets and why are active managers better equipped than passive ones to handle the return of volatility? Mohammed Kazmi, Portfolio Manager & Macro-Strategist Global and Absolute Return Fixed Income at UBP, recently participated in an Asset TV broadcast outlining the risk and reward trade-offs in fixed-income markets over the next six to twelve months.

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.


A lire également

UBP dans la presse 18.10.2018

L’innovation comme moteur du secteur technologique

Sphere (10.2018) - Depuis la crise financière de 2008, le secteur de la technologie a affiché une performance annuelle impressionnante de 15,4%, surpassant largement celle des actions globales (10,2%).

UBP dans la presse 28.09.2018

Les banques suisses vont profiter de l'IA

Bilan (25.09.2018) - « Si je devais parier sur les métiers phares dans les années à venir, il y aurait banquier suisse ! ». C’est la prophétie de Laurent Alexandre que l’on n’attendait pas forcément.