1. Newsroom
  2. Marchés émergents: misez sur l’impact !
Menu
UBP dans la presse 14.07.2020

Marchés émergents: misez sur l’impact !

Marchés émergents: misez sur l’impact !

Bilan (13.07.2020) - L’impact investing est une approche d’investissement récemment apparue sur les marchés émergents, et la marge de progression en termes d’impact social et environnemental au sein de ces régions pourrait offrir aux investisseurs de plus vastes opportunités encore que sur les marchés développés.


L’impact investing, qui vise à générer un impact social et/ou environnemental, en plus de la performance financière, a nettement gagné en crédibilité et en popularité depuis sa formalisation officielle en 2007. Selon le Global Impact Investing Network (GIIN), ce marché, qui avait déjà doublé en 2018, a atteint USD 715 milliards dans le monde en 2019.

Si l’impact investing concerne de nombreuses classes d’actifs et régions, les pays émergents semblent aujourd’hui offrir des opportunités plus vastes encore que les marchés développés.

En effet, l’essor remarquable de cette stratégie tient notamment aux 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies adoptés en 2015: les ODD fixent un agenda pour résoudre, d’ici 2030, les grandes problématiques environnementales (préservation de la planète, changement climatique) et sociales (éducation, santé, pauvreté).

Par rapport aux pays développés, les pays émergents ont plus de chemin à parcourir pour atteindre la plupart de ces objectifs (notamment sociaux). La majorité possèdent des institutions ainsi qu’un cadre réglementaire moins solides, et une grande partie de leur population n’a pas d’accès à des services de base tels que l’eau potable. Ces marchés ont donc une marge de progression nettement plus importante, ce qui les rend d’autant plus attrayants pour les investisseurs.

Concernant les objectifs environnementaux, les pays émergents tendent à faire mieux que les pays développés si l’on considère le taux d’émissions par habitant. Mais leur croissance beaucoup plus rapide pose des défis qui exigent une utilisation plus efficace des ressources et un recours accru aux énergies renouvelables.

Les entreprises qui contribuent à relever les principaux enjeux des marchés émergents pourraient bénéficier d’une croissance plus dynamique, de conditions réglementaires plus favorables et d’une meilleure profitabilité. A titre d’exemple, vu les besoins considérables en énergie propre, les producteurs d’énergie renouvelable devraient être encouragés, via des incitations réglementaires, à opérer les investissements nécessaires.

L’impact investing sur les marchés émergents pose bien sûr certains défis. L’un d’eux concerne les rapports sur la durabilité et la communication d’informations, qui sont particulièrement lacunaires dans certains pays, et il est donc plus difficile d’y évaluer l’impact d’un investissement. En outre, la demande de solutions durables y est souvent timide, ces régions n’étant pas encore pleinement sensibilisées aux questions environnementales.

Les marchés émergents offrent toutefois un terrain attractif pour les investisseurs d’impact. Bien que le développement durable soit moins prioritaire, de nombreuses entreprises sont ouvertes à un dialogue constructif avec les investisseurs. Ceux d’entre eux actifs sur le private equity et le capital risque le savent depuis longtemps: ~50% de leurs fonds à impact sont investis sur ces marchés.

Les pays émergents, notamment le Brésil, la Chine, l’Afrique du Sud, l’Inde et la Thaïlande, comptent déjà nombre d’acteurs de premier plan, à l’image du groupe pharmaceutique indien Cipla. Il a joué un rôle phare dans le développement de thérapies antirétrovirales, en particulier en Afrique, et entend fournir des médicaments abordables pour les pays pauvres, tout en gagnant des parts de marché dans les pays à revenu élevé.

Selon le GIIN, l’atteinte des ODD d’ici 2030 coûtera environ USD 2'500 mia par an sur les marchés émergents.

Identifier et soutenir les bénéficiaires de ces investissements peut paraître difficile, mais ce sont les entreprises d’impact qui sont les mieux placées pour profiter des réformes réglementaires et générer une croissance rapide ainsi qu’une profitabilité supérieure à long terme.


NEGRE Mathieu_p-1.jpg
Mathieu Nègre
Head of Global Emerging Equities

Yvan_Delaplace_150x150.jpg
Yvan Delaplace
Investment Specialist

Expertise

Actions globales

Investir dans des sociétés affichant un profil de création de valeur supérieur et pérenne.


A lire également

UBP dans la presse 04.04.2024

Marchés obligataires: Un contexte positif pour le crédit

Allnews (04.04.2024) - Nous devrions assister à un changement de régime sur les marchés obligataires à l’heure où les banques centrales préparent le terrain pour de potentielles baisses de taux après le plus fort cycle de resserrement observé depuis les années 1970.

UBP dans la presse 27.03.2024

From trading to pure play: UBP’s Ivan Wong shares the beauty of a boutique bank

Asian Private Banker, Carly Lau (22.03.2024) - The beauty of working for a pure play is the core focus on wealth management, where the business is not subjected to the aggressive risk culture associated with investment banking, nor exposed to the cyclical corporate lending of commercial banking.

UBP dans la presse 26.03.2024

«10 à 15% des clients veulent du durable»

Le Temps, Sébastien Ruche (25.03.2024) - L’importance de la performance, la difficulté à faire progresser les investissements verts ou l’identité des futurs patrons de l’UBP: Guy de Picciotto, directeur général de la banque genevoise, se livre à un vaste tour d’horizon.