1. Newsroom
  2. Les Gérants de fortune externes doivent jouer la carte de l’agilité
Menu
UBP dans la presse 27.06.2018

Les Gérants de fortune externes doivent jouer la carte de l’agilité

Les Gérants de fortune externes doivent jouer la carte de l’agilité

Le Temps (24.06.2018) - Le modèle d’affaires des gérants indépendants et leur efficacité organisationnelle leur confèrent une agilité sans équivalent pour leur permettre de saisir les opportunités tant dans le conseil patrimonial que dans l’économie de la blockchain


L’indépendance en matière de politique d’investissement et de sélection de produits a toujours été l’argument phare du positionnement commercial des gérants de fortune externes (GFE). Un discours d’autant plus facile à tenir que rien n’impose aux gérants de fortune externes de dévoiler le système de rétrocommissions les liant bien souvent aux banques dépositaires et aux plateformes de produits.

L’impact de la transparence

Or, la transparence tarifaire imposée par les évolutions réglementaires en cours contraindra désormais les gérants de fortune externes à faire la preuve de leur réelle indépendance. Cela signifiera probablement la fin des rétrocessions au profit de modèles forfaitaires («all-in»), plus lisibles mais globalement moins rémunérateurs. Outre la baisse des revenus, un accroissement des coûts s’annonce inévitable – conséquence notamment d’un renforcement des contrôles visant à assurer l’adéquation des placements au profil de risque des clients.

Dans ce contexte, beaucoup estiment qu’une consolidation est inéluctable. Le secteur compte actuellement près de 2’500 gérants de fortune externes, dont environ 80% gèrent moins de CHF 250 millions d’actifs en Suisse. Mais les effets d’échelle ne sont peut-être pas la seule stratégie gagnante à moyen terme pour les gérants de fortune externes, qui pourraient aussi trouver des relais de croissance en misant sur un atout devenu décisif: leur agilité. C’est d’abord sur le plan technologique que certains d’entre eux pourront mettre à profit cette agilité.

L’avantage technologique

La simplicité de leur architecture informatique, totalement indépendante des plateformes bancaires toujours plus complexes, leur donne la possibilité de se positionner à l’avant-garde de la révolution digitale. Leur capacité à nouer des partenariats avec les solutions «fintech» les plus innovantes, dans des domaines aussi variés que la digitalisation de l’entrée en relation, la gestion des risques, le reporting consolidé ou la communication numérique, pourrait être un remède à l’érosion de la rentabilité. De telles alliances seraient bénéfiques à la fois en termes de revenus (par l’attraction de nouveaux segments de clientèle) et de réduction des coûts (par l’amélioration des processus opérationnels). Ces gérants de fortunes externes incubateurs de nouvelles technologies seront amenés à sélectionner leurs banques dépositaires selon la capacité de ces dernières à satisfaire à ces nouveaux besoins informatiques, notamment en matière de connectivité transactionnelle et d’échange de données au sens large. Les banques seraient avisées d’anticiper ce mouvement dès aujourd’hui.

Dans un environnement en pleine mutation, les gérants de fortune externes, qui sont généralement dotés d’une gouvernance simplifiée, ont en outre l’avantage de pouvoir adapter leur stratégie de manière radicale et rapide. A cet égard, deux tendances de fond se dégagent, qui constituent l’une et l’autre l’occasion d’explorer de nouveaux modèles d’affaires: la transparence fiscale et la révolution digitale, notamment celle des technologies dites «blockchain».

La planification patrimoniale, en particulier sa dimension fiscale, est désormais au cœur des préoccupations des clients, et donc des gérants de fortune externes. Les plus opportunistes y voient une possibilité d’étendre leur proposition de valeur pour couvrir les services de «family office» traditionnels.

Du conseil fiscal aux ICO

Sur un autre plan, certains gérants de fortune externes suisses ont choisi de tirer parti du potentiel lié à l’essor de l’économie de la «blockchain». Ils sont aidés en cela par la politique de soutien volontariste de la Suisse à ce nouveau pan d’activité incontournable. Les gérants de fortune externes les plus agiles, dont certains participent activement à la réflexion des autorités législatives et réglementaires sur le sujet, ont déjà su développer une offre de services innovante autour des cryptomonnaies ou du conseil aux ICO (Initial Coin Offering). En accompagnant les acteurs de la «blockchain» tout au long de leurs projets, les gérants de fortune externes tablent, à moyen et long terme, sur des synergies de revenus évidentes avec leur activité de gestion de fortune traditionnelle.

Il existe donc d’autres issues que la consolidation et les restructurations souvent douloureuses pour les gérants de fortune externes confrontés aux mutations de leur écosystème. Leur modèle d’affaires et leur efficacité organisationnelle leur confèrent une agilité sans équivalent pour leur permettre de saisir les opportunités consubstantielles au changement. C’est ainsi qu’ils pourront devenir des catalyseurs de l’innovation financière, entraînant dans leur sillage les partenaires bancaires qui auront la volonté et la flexibilité nécessaire pour s’adapter et répondre à leurs besoins.

Gérants de fortune externes UBP

Babereau_Benoit_150x150.jpg

Benoit Barbereau
Head of EAM & Wealth Management Services


Expertise

Swiss & Global Equities

Why Swiss equities now? This market offers equity investors the stability and agility they need to navigate this volatile period. 

Read more
Expertise

European Equities

European equities offer unrivalled opportunities in terms of breadth of sector and market exposure.

Read more

Actualités les plus lues

UBP dans la presse 12.10.2020

Quand le banquier privé se réinvente

Le Temps (12.10.2020) - Rares sont les professions à avoir dû se renouveler aussi profondément que celle de banquier privé sous l’effet de l’environnement extérieur. Certes, le conseil et la confiance sont, et resteront, la quintessence du métier, mais le relationship manager (RM) d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec celui d’avant la crise de 2008.

UBP dans la presse 21.08.2020

Does private education generate positive impact?

Environmental Finance (14.08) - There is a strong argument for saying that private education has no place in impact investing because education is a basic public good that should be freely accessible to all. 

UBP dans la presse 03.08.2020

Une nouvelle ère propice aux hedge funds

Le Temps (03.08.2020) - Sur la décennie écoulée, les hedge funds, pénalisés par la faiblesse persistante des taux d’intérêt et l’effacement de la volatilité, ont peiné à offrir des rendements satisfaisants.


A lire également

UBP dans la presse 23.11.2020

Frontier debt comes of age

Financial Investigator (20.11.2020) - Frontier debt has grown significantly over the past decade and now warrants serious consideration as a dedicated allocation in investors’ portfolios.

UBP dans la presse 20.11.2020

What will it take for responsible investing to change the world?

Good With Money (20.11.2020) – Victoria Leggett, Head of Impact Investing at UBP, and Eli Koen, Fund Manager, recently took part in a Good With Money podcast, a series in which experts discuss current ethical investment trends.