1. Newsroom
  2. Dettes privées: financement des LBO aux côtés du private equity
Menu
Expertise 03.04.2018

Dettes privées: financement des LBO aux côtés du private equity

Dettes privées: financement des LBO aux côtés du private equity

Le développement de la dette privée procède du grand mouvement de désintermédiation bancaire qui s’est brutalement accéléré après la crise financière de 2008.


En Europe, la part des banques dans le financement privé de la dette (par opposition aux marchés obligataires dits «publics») est passée de près de 80% en 2008 à 25% aujourd’hui. Aux Etats-Unis, le recul est encore plus marqué, avec un chiffre qui est désormais passé à 8%. Par conséquent, de nouveaux acteurs sont venus se substituer aux banques dans le financement des entreprises, et ce via des fonds de dettes privées.

On trouve aujourd’hui trois sources de financement pour les entreprises «non-investment-grade», et donc autant d’opportunités pour les investisseurs: les obligations à haut rendement (à savoir le segment public), les prêts bancaires «loans» (c’est-à-dire le marché de la syndication bancaire, où les banques financent les entreprises puis revendent la dette à des investisseurs), et enfin le segment de la dette privée («private debt»), autrement dit le financement direct des entreprises («direct lending»). La dette privée est le segment le plus interconnecté et proche du private equity. Un fonds de private equity rachète une entreprise avec effet de levier («Leverage Buy-Out» - LBO): il fournit 40% du financement via des fonds propres et va rechercher auprès de fonds de dettes privées les 60% du financement nécessaire par endettement. Ce ratio 40/60 est susceptible d’évoluer en fonction du business model de la société et de la structure de l’endettement. La qualité et la stabilité du «deal flow» d’un fonds de dettes privées sont conditionnées par la proximité du fonds avec les sponsors private equity. Cette proximité permet d’identifier de nouvelles transactions et de proposer des solutions de financement sur mesure.

Dans le contexte actuel de remontée des taux d’intérêt, de normalisation des politiques monétaires, et d’anticipation d’une accélération du rythme de l’inflation, le principal avantage de la dette privée est son caractère de dette à taux variable – traditionnellement Libor + marge de crédit. En d’autres termes, la dette privée n’est pas exposée aux remontées des taux; elle bénéficie mécaniquement de la hausse des taux courts tout en offrant une protection contre l’inflation, les taux Libor étant historiquement fortement corrélés à l’inflation. La dette à taux variable est aujourd’hui une composante indispensable à une allocation obligataire équilibrée.

La dette privée permet aussi d’accéder aux différentes tranches de financement: senior (senior 1st lien) et subordonnée (senior 2nd lien et mezzanine). Les rendements offerts varient en fonction de la séniorité de la dette, c’est-à-dire du niveau de priorité de l’investisseur en cas de liquidation de la société.

Sur un cycle de marché, la rémunération de la dette privée varie de Libor +4% à 6% pour la dette senior 1st lien (la plus prioritaire), Libor +6% à 10% pour la dette senior 2nd lien (2e par ordre de priorité), et Libor +10% à 12% pour la dette «mezzanine», la moins prioritaire (mais prioritaire par rapport aux investisseurs private equity).

Aujourd’hui, les valorisations demeurent attractives. Les dettes senior affichent, en USD ou en EUR, des marges de l’ordre de 4% – qui se situent ainsi dans le bas de la fourchette des niveaux de marge depuis 2009, mais cela reste supérieur aux niveaux de 2006-2007 (environ 2,5%). Par ailleurs, la structure des LBO est plus solide. La contribution du private equity se monte en moyenne à 40% aujourd’hui, contre 30% avant la crise de 2008. En d’autres termes, les LBO sont moins leveragés, pour de meilleures rémunérations. Un portefeuille de dettes privées diversifié composé à 70% de dettes senior et à 30% de dettes subordonnées afficherait des rendements en USD de l’ordre de 7,5% pour une dette à taux variable. A titre de comparaison, les rendements du high yield obligataire s’élèvent à environ 6% en USD, mais avec une sensibilité aux taux d’intérêt de l’ordre de 4 années.

Au final, compte tenu de son profil de liquidité, la dette privée constitue un complément de long terme à une allocation obligataire classique. Elle concilie dette à taux variable et rendement de l’ordre de 7% en USD. La dette privée s’associe également idéalement à une allocation au private equity: la dette privée pour la récurrence des revenus, le private equity pour l’appréciation du capital.

Expertises d'Investment UBP

DEBAT_Olivier_UBP_72dpi-0219.jpg

Oliver Debat
Senior Investment Specialist

Expertise

Swiss & Global Equities

Why Swiss equities now? This market offers equity investors the stability and agility they need to navigate this volatile period. 

Read more
Expertise

European Equities

European equities offer unrivalled opportunities in terms of breadth of sector and market exposure.

Read more

Actualités les plus lues

Expertise 01.10.2020

Covid-19: Restez informés avec l'UBP

Depuis l’apparition du coronavirus, l’UBP accompagne et soutient ses clients dans le contexte inédit de cette crise sanitaire mondiale. La Banque vous informe régulièrement de l’adaptation de ses dispositifs aux règles de précaution fixées par les autorités et partage avec vous les dernières analyses de ses experts sur les conséquences de la pandémie pour l’économie mondiale et les marchés financiers.

Expertise 24.11.2020

Des joyaux cachés parmi les SMID Caps suisses et européennes

Les sociétés de petite et moyenne capitalisation («SMID Caps») affichent traditionnellement des taux de croissance et des rendements supérieurs sur le long terme en comparaison des grandes capitalisations. Il est en effet plus facile de générer une croissance dynamique à partir d’une plus petite structure. Par ailleurs, les SMID Caps suisses et européennes offrent généralement aux investisseurs une exposition idéale aux grandes tendances de croissance séculaires.

Expertise 17.12.2020

UBP Investment Outlook 2021

Le Meilleur des Mondes


A lire également

Expertise 27.01.2021

From Paris to Glasgow: the return of the US to the climate fight

President Joe Biden has taken the US back into the Paris Agreement framework. While time has been lost, CO2 emissions are down over the last five years and the new US administration will push climate action up the agenda and build upon policies already enacted by corporates and at state and local levels. 

Expertise 25.01.2021

DCEP may play a key part in China’s long-term economic transition

China’s Digital Currency Electronic Payment (DCEP) could launch as soon as 2022, with a series of pilots already in place to test its use in basic services, e-commerce and cross-border payments.

Expertise 21.01.2021

Vaccines: Israel and the UAE show the way forward

With vaccines to combat the global pandemic being rolled out beginning in late-December, Israel and the United Arab Emirates (UAE) have led the world in vaccinating their populations, having reached > 20% coverage by mid-January.